Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - La Suisse devrait se doter d'un registre spécial recensant les pédophiles, les délinquants sexuels et les auteurs de violence graves. Par 89 voix contre 80, le Conseil national a donné suite ce mardi à une initiative parlementaire de Natalie Rickli (UDC/ZH).
Chaque année, plus de 600 personnes sont jugées pour assassinat, viol ou pédophilie en Suisse. Or, la plupart d'entre elles seront remises en liberté et certaines commettront un nouveau délit, a souligné la démocrate du centre. "Il faut penser aux victimes de récidivistes".
Pour la Zurichoise, un fichage particulier permettra de mieux recenser les personnes condamnées pour ces infractions particulièrement graves. Le registre indiquerait le domicile et le lieu de travail, serait alimenté en permanence par les autorités judiciaires (libération, congés, etc.) et consultable en ligne par les autorités ayant actuellement accès au casier judiciaire.
La mise en place d'un registre parallèle au casier judiciaire est d'une utilité discutable et demanderait un effort excessif, a rétorqué en vain Kurt Fluri (PLR/SO) au nom de la majorité de la commission. Les autorités disposent déjà de moyens suffisants de contrôle et de prévention.
Carlo Sommaruga (PS/GE) a estimé qu'un registre donnerait uniquement lieu à une "illusion de sécurité". Il vaut mieux attendre le résultat des travaux en cours concernant l'interdiction, pour les pédophiles, d'exercer une activité impliquant un contact avec les mineurs avant de lancer une nouvelle réforme, a-t-il plaidé en vain.
L'aval du Conseil des Etats est nécessaire avant l'élaboration d'un projet concret.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS