Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse et l'Italie devraient renforcer leur coopération policière. Le Conseil national a donné son feu vert à un nouvel accord bilatéral. Les autorités de poursuite pénale pourront intensifier la lutte contre la criminalité transfrontalière et les filières d'immigration clandestine. Les Etats doivent encore se prononcer.

Au cours des dernières années, avec l'entrée de la Suisse dans l'espace de Schengen et la suppression des contrôles systématiques aux frontières, les défis en matière de lutte contre la criminalité ont évolué, obligeant les polices des pays voisins à intensifier leur collaboration, a souligné Roger Golay (MCG/GE) au nom de la commission.

L'accord a été signé à Rome le 14 octobre 2013 par la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga et le ministre italien de l'intérieur Angelino Alfano. Il redéfinit et met à jour le traité de coopération policière existant depuis 1998 entre les deux pays.

Le nouvel accord renforce le rôle de coordination du Centre de coopération policière et douanière de Chiasso (TI). Les agents des polices cantonales, du corps des gardes-frontière, du service antifraude des douanes et de fedpol en seront les principaux bénéficiaires.

La Suisse et l'Italie pourront par exemple développer des programmes communs dans le domaine de la protection des témoins. En outre, des patrouilles de police mixtes devraient être engagées dans la zone frontalière et la coopération en cas de catastrophe sera mieux régulée.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS