Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le navire C-Star (ici fin juillet à Chypre) a été affrété par le réseau européen Génération identitaire. L'objectif de l'opération est d'intercepter et reconduire vers la Libye les bateaux qui transportent des migrants clandestins (archives).

KEYSTONE/EPA/STR

(sda-ats)

Le C-Star était bloqué lundi au large de la Tunisie, où un puissant syndicat a appelé à empêcher son ravitaillement. Le navire a été affrété par des militants européens d'extrême droite pour lutter contre le trafic de migrants au large de la Libye.

"A tous les agents et employés des ports tunisiens: ne laissez pas le bateau du racisme C-Star souiller les ports de Tunisie. Expulsez-les comme ont fait vos frères à Zarzis et Sfax", a lancé sur Facebook le syndicat UGTT, prix Nobel de la Paix 2015 avec trois autres organisations.

Les militants allemands, français et italiens à bord du C-Star n'étaient pour leur part pas joignables lundi et n'ont rien communiqué sur leur situation sur les réseaux sociaux. Selon des sites de surveillance du trafic maritime, le navire était lundi à l'arrêt à la lisière des eaux tunisiennes, au sud-est de Sfax.

Dimanche, des pêcheurs s'étaient déjà mobilisés dans le port de Zarzis, plus au sud, contre un éventuel accostage du bateau.

Incitation pour les traficants

Le navire a été loué à Djibouti par le groupe d'extrême droite "Génération identitaire" grâce à une collecte de fonds sur internet qui a récolté 200'000 dollars (227'286 francs) depuis mi-mai. Il a rencontré des difficultés avec les autorités au canal de Suez en Egypte et lors d'un premier ravitaillement à Chypre et d'un second dans un port grec.

Samedi, il est entré en contact avec au moins deux navires d'ONG dans cette zone où plus de 14'000 migrants sont morts ou disparus depuis 2014.

"Nous entamons nos opérations au large des côtes libyennes, nous vous demandons de quitter la zone de secours", ont-ils déclaré aux équipages de l'Aquarius (de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières) et du Golfo Azzuro (de l'ONG Proactiva Open Arms), selon des enregistrements des conversations radio.

"Vous agissez comme un facteur incitatif pour les trafiquants d'êtres humains, leur faisant gagner des millions. Nous allons vous surveiller, les temps où personne ne voyait ce que vous faites sont terminés", ont-ils ajouté. Les militants entendent faire en sorte que les migrants secourus au large de la Libye soient reconduits en Afrique.

ATS