Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Zurich - Le Nigérian décédé le 17 mars lors de son renvoi forcé à l'aéroport de Zurich est mort d'un arrêt cardiaque. C'est la conclusion du rapport d'autopsie publié par le Ministère public du canton de Zurich.
Le Nigérian de 29 ans souffrait d'une maladie grave du coeur qui n'avait pas été diagnostiquée. Cette maladie n'est "pratiquement pas" détectable lorsque le patient est vivant, précise le rapport d'autopsie.
La mort est due à un arrêt cardiaque à mettre en lien avec la grève de la faim que le Nigérian avait observé et à son agitation au moment de son renvoi forcé. L'homme avait été ligoté.
L'ODM a analysé la situation avec les cantons et annoncé des mesures. Ainsi, une équipe médicale sera du voyage lors de vols spéciaux et les cantons devront transmettre les données médicales des personnes à renvoyer.
Pour "augenauf", ces mesures ne donnent aucune garantie que des décès ne se reproduiront plus lors d'expulsion. L'association alémanique de défense des droits humains exige l'arrêt des renvois forcés.
Interrompus en mars, les renvois forcés vont pouvoir reprendre. Un prochain vol vers l'Afrique est prévu en juillet, a indiqué l'Office fédéral des migrations.
Le porte-parole de l'ODM Michael Gerber n'a pas voulu préciser la date exacte du prochain vol, ni la destination. Seule certitude, ce n'est pas le Nigéria, les renvois vers ce pays restant suspendus.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS