Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Malgré une baisse de la demande, Credit Suisse ne constate jusqu’ici aucun ajustement de l’offre en logements locatifs (image symbolique).

KEYSTONE

(sda-ats)

Une nouvelle hausse marquée du nombre de logements vides se dessine sur le marché suisse. A fin juin 2017, le taux de vacance devrait s'inscrire à 1,4%, contre 1,3% à la même période de l'an passé, prévoit Credit Suisse.

"Pour l'ensemble de la Suisse, nous attendons une augmentation d'environ 5000 logements vacants", indique Credit Suisse dans une étude publiée mercredi. Le taux de vacance s'écarte ainsi encore davantage de sa moyenne à long terme, établie à 1,04%.

Chaque année, les communes recensent cet indicateur au 1er juin. Les chiffres déjà publiés par certains cantons et villes signalent un nouveau bond du taux de logements vides à l'échelle nationale, confirmant la tendance amorcée en 2010 déjà. Vu l'évolution des demandes de permis de construire, une nouvelle hausse est à prévoir en 2018.

Le phénomène touche avant tout les logements locatifs. Pour cette catégorie d'objets, le taux était encore légèrement inférieur à 2% l'an passé. Désormais, il devrait s’élever à 2,15% selon les estimations de Credit Suisse.

Pas d'adaptation

Depuis l'entrée en vigueur de l'accord sur la libre circulation des personnes conclu avec l'Union européenne (UE), l'activité de construction n'a cessé de s'intensifier, rappellent les experts de la banque. Après un repli de l'immigration en 2010, le taux de vacance a amorcé son ascension, qui s'est encore accélérée dès 2014.

"Or on ne constate jusqu’ici aucun ajustement de l’offre à la baisse de la demande", analyse Credit Suisse, qui voit l'explication dans la pénurie de placements financiers liée à l’environnement de taux négatifs. Pour les investisseurs, les rendements de l'immobilier sont nettement supérieurs à ceux d’autres classes d’actifs et la pression qu'ils exercent sur le marché immobilier complique l'adaptation.

Sur le marché des logements en propriété, le taux de vacance devrait par contre rester stable sur un an, à 0,55% environ au 1er juin 2017. Certes, sur ce front, la demande s'est tassée sous l'effet des prix élevés et des règles plus dures en matière de crédit, mais l'offre s'est aussi adaptée à la baisse.

Malgré une certaine détente, les grands centres, eux, manquent toujours de logements, surtout Zurich et Lausanne. Au 1er juin, le taux de vacance des cinq grands centres du pays est estimé à 0,38%.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS