Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lancée mardi, la nouvelle coupure de 50 francs a suscité un intérêt certain. Mais la foule ne s'est pas pressée aux guichets des banques pour obtenir le précieux sésame.

Credit Suisse a constaté un fort engouement les premiers jours du lancement du nouveau billet. Mais l'effet de nouveauté est quelque peu retombé vendredi. Même si l'intérêt est toujours présent, notamment de la part des curieux et des collectionneurs, explique à l'ats Jean-Paul Darbellay, porte-parole du numéro deux bancaire helvétique.

L'établissement n'a toutefois pas fait face à de longues files d'attente. "Nous n'avons pas dû ouvrir nos guichets une heure plus tôt, ni les fermer une heure plus tard, car chacun sait qu'il y en aura pour tout le monde", précise le porte-parole. La banque n'a ainsi pas connu une pénurie de nouveaux billets de 50 francs.

Même son de cloche du côté d'UBS qui a observé une hausse de la demande. "Mais nous avons anticipé cette augmentation en commandant plus de billets", souligne Jean-Raphaël Fontannaz, porte-parole de l'institut bancaire.

La Banque cantonale de Zurich (BCZ) n'a, quant à elle, constaté aucun déchaînement même si elle a noté un certain intérêt vis-à-vis de la nouvelle coupure. Du côté de la Banque cantonale vaudoise (BCV), elle n'a enregistré aucune hausse de la demande. Quant à Raiffeisen, elle n'a pas observé de foule à ses guichets.

Petitesse appréciée

Credit Suisse ajoute que le format du billet plus petit est apprécié de sa clientèle. Ce changement au niveau de la taille de la coupure a toutefois nécessité quelques adaptations au niveau des distributeurs. Les cassettes qui contiennent les coupures dans les bancomats ont dû être revues. Et certaines banques comme Credit Suisse ont dû modifier le logiciel de leurs automates.

Les compagnies ferroviaires ont aussi dû adapter leur logiciel. Auprès des CFF, c'est chose faite. La BLS est en train de le faire. "Il faut actualiser nos 200 automates, ce qui nécessite une intervention sur place d’environ 15 minutes. Mais tous nos automates seront adaptés fin avril", explique Helene Soltermann, porte-parole de la firme.

Coupure très utilisée

Après le billet de 50 francs, les autres coupures suivront. La Banque nationale suisse (BNS) a décidé de mettre d'abord en circulation les billets de 50 francs, car ils sont très employés mais pas les plus utilisés, situation idéale pour tester le processus.

La coupure de 100 francs reste la plus manipulée lors de transactions. Celle de 20 francs sera lancée dans un an environ. Suivront celles de 10 et de 200 francs. Le dernier billet, celui de 100 francs, est attendu pour 2019.

Pour le billet de 50 francs, la procédure s'est déroulée comme prévu, indique Werner Abegg, responsable de la communication de l'institut d'émission. Il précise qu'il ne peut pas fournir de chiffre sur le nombre de coupures écoulées pour des raisons de sécurité notamment.

A noter que les anciens billets de 50 francs restent toujours valables. Ils peuvent être utilisés sans restriction, souligne la BNS. Les deux billets coexisteront donc durant un certain temps. Les coupures plus anciennes seront ensuite détruites progressivement. La banque centrale estime que ce processus prendra environ 6 mois.

ATS