Toute l'actu en bref

Les nouveaux magasins Intersport doivent être plus uniformes à l'avenir, selon le nouveau patron de la firme sise à Ostermundigen (archives).

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

Avec seulement 1% de ses revenus généré dans le commerce en ligne, Intersport reste loin derrière la concurrence dans ce domaine. Le nouveau chef Victor Duran du distributeur bernois d'articles de sport veut maintenant améliorer ce secteur, de même que les magasins.

"Si nous ne pouvons pas offrir de magasin en ligne attractif, nous serons devancés par la concurrence", affirme Victor Duran dans une interview parue dimanche dans la SonntagsZeitung. L'Américain est depuis le début de l'année le directeur général du spécialiste des articles de sport Intersport International Corporation, sis à Ostermundigen (BE).

Il a localisé un besoin de rattrapage pour son entreprise dans le commerce en ligne. Intersport réalise 1% de son chiffre d'affaires en ligne, alors que la moyenne se situe à 10% en Europe et même 20% aux Etats-Unis. "Si nous commençons seulement en 2020, nous risquons de perdre une part considérable de notre marché", affirme M. Duran.

Maintenir le cap en 2017

L'Américain craint particulièrement la concurrence d'Amazon, tout comme les magasins en ligne de Nike ou Adidas. Decathlon est aussi de plus en plus fort et réalise déjà un chiffre d'affaires de 10 milliards d'euro (10,9 milliards de francs), relève-t-il.

En comparaison, Intersport a enregistré en 2016 des revenus de 11,4 milliards d'euros, soit 2% de plus qu'en 2015, mais en dessous des atteintes de 11,6 milliards. en Suisse, le chiffre d'affaires a atteint à 162 millions de francs.

Pour 2017, Victor Duran espère "un résultat similaire à 2016, aussi pour la Suisse." Or, la Suisse a enregistré un recul de 3% au premier trimestre. M. Duran veut cependant rattraper cette baisse avec le nouveau site internet et le magasin en ligne, qui sera lancé d'ici quelques semaines.

Magasins plus grands

Son prédécesseur Franz Julen avait déjà posé les jalons d'un concept de magasins neufs et modernes, ainsi que d'une plate-forme centrale pour toutes les entités nationales. "Dès le quatrième trimestre, le Danemark et les Pays-Bas vont migrer sur cette plate-forme, et les autres suivront", assure M. Duran.

Les nouveaux magasins Intersport doivent être plus uniformes à l'avenir. "Les clients d'aujourd'hui veulent qu'un détaillant de sport soit semblable à une boutique de mode", affirme le directeur général. C'est pourquoi les magasins doivent devenir plus attractifs, mais aussi plus grands, avec une surface de 2000 à 3000 m2.

Les petits magasins de montagne, qui vivent principalement de la location de skis, doivent être maintenus. Mais en plaine, les magasins qui "ne remplissent pas les conditions" ne porteront plus le logo Intersport, annonce Victor Duran. La moitié des sites doivent être transformés d'ici 2020. "Ensuite nous pourrons nous consacrer aux commerces restants", précise-t-il.

En ce qui concerne la stratégie d'expansion que Franz Julen avait développée, M. Duran explique maintenant vouloir "croître dans nos activités de base en Europe et dans le secteur en ligne". Des acquisitions ne sont pour l'heure pas au programme, affirme-t-il. Son prédécesseur avait étendu Intersport dans 45 pays.

ATS

 Toute l'actu en bref