Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nouveau président du groupe parlementaire socialiste Andy Tschümperlin, élu vendredi, veut créer plus de majorités au Parlement avec le PBD et les Verts'libéraux. Les Jeunes socialistes suisses critiquent son élection et lui reprochent de ne pas être assez à gauche.

"Ma tâche est de créer des majorités avec les autres partis", explique le conseiller national schwyzois dans une interview au "SonntagsBlick". Il y a d'une part les Verts, mais "plusieurs options au centre" existent aussi actuellement, selon l'élu.

Par le passé, le PDC a déjà été un partenaire potentiel. "Mais j'aimerais aussi essayer davantage de discuter avec les Verts'libéraux et le PBD".

Un modérateur

Pour créer des majorités au Parlement, il faut être habile en négociations, ajoute M. Tschümperlin. Le Schwyzois, qui se voit comme un modérateur, pense en être capable. "Ceux qui me prennent pour quelqu'un de lisse apprendront à me connaître", prévient-il.

Vendredi, le groupe socialiste aux Chambres fédérales l'a élu avec 27 voix contre 25 pour la conseillère nationale Jacqueline Fehr (ZH).

Dans une lettre ouverte, les Jeunes socialistes suisses reprochent aux parlementaires de ne pas avoir choisi la Zurichoise, car selon eux, ils ne veulent "pas d'une direction de gauche et forte", afin de pouvoir "se consacrer davantage à leurs propres intérêts qu'à ceux du parti".

Les Jeunes socialistes se disent surtout "irrités et déçus", car Andy Tschümperlin avait déjà défini sa fonction de chef de groupe comme celle d'un modérateur et non d'un dirigeant. Ils craignent aussi que le parti ne puisse pas utiliser efficacement les sièges gagnés cet automne lors des élections fédérales.

ATS