Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jan Jenisch prendra ses fonctions de directeur général de LafargeHolcim avec six semaines d'avance (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

LafargeHolcim a réalisé un solide premier semestre, le bénéfice net du cimentier franco-suisse étant multiplié par trois et demi à 1,01 milliard de francs. Le nouveau directeur général Jan Jenisch entrera en fonction plus tôt que prévu.

Le bénéfice net affiche un taux de croissance de 245,2% par rapport au premier semestre de l'an passé, a indiqué mercredi LafargeHolcim. Le bond s'explique notamment par le produit de 257 millions de francs tiré de la cession des activités au Vietnam.

Donné en évolution récurrente, sans les frais de restructuration divers liés à la fusion entre le français Lafarge et le st-gallois Holcim, le résultat net ressort en hausse de 39% à 681 millions de francs.

Le chiffre d'affaires du numéro un mondial du ciment a reculé en revanche de 6,5% pour s'inscrire à 12,48 milliards de francs. Données sur une base comparable, il présente un taux de croissance de 4,4%.

Facteurs multiples

Le président du conseil d'administration et directeur général intérimaire Beat Hess s'est réjoui de la performance semestrielle. S'exprimant en conférence téléphonique, il a mis en exergue l'évolution favorable des prix, la bonne maîtrise des coûts et les synergies en voie de concrétisation.

Sur le plan opérationnel, le groupe a dégagé un excédent brut (EBITDA) ajusté en recul de 1,5% au premier semestre à 2,54 milliards de francs. Sur une base comparable, le montant ressort en hausse de 11,5% en revanche.

En ne considérant que le deuxième trimestre 2017, LafargeHolcim a inscrit un bénéfice net de 787 millions de francs, pratiquement doublé (+96,5%), pour un chiffre d'affaires de 6,85 milliards (-5,9%, mais +3,6% sur une base comparable). L'excédent brut a lui stagné à 1,74 milliard (+10,1% sur une base comparable).

Dans le détail, le chiffre d'affaires en Europe a diminué de 2,2% et chuté de 19,6% en Afrique et au Moyen-Orient. En Amérique du Nord, il s'est replié de 2,7% mais a grimpé de 12% en Amérique latine.

Entre avril et fin juin, le groupe a réalisé des synergies pour 121 millions de francs. Il précise avoir quasiment atteint l'objectif d'un milliard de synergies fixé pour la fin de l'exercice. Le programme de cessions a atteint 4,4 milliards de francs, sur les 5 milliards visés.

Jan Jenisch plus tôt

LafargeHolcim a fixé par ailleurs l'entrée en fonction de son futur directeur général Jan Jenisch. Patron jusqu'à récemment du groupe zougois de spécialités chimiques Sika, l'Allemand de 51 ans prendra finalement son poste le 1er septembre, au lieu du 16 octobre annoncé lors de l'annonce de sa nomination.

L'arrivée de Jan Jenisch ne modifiera pas les objectifs 2017 et 2018, objectifs bien partis pour être atteints, a dit Beat Hess. "Les objectifs sont les objectifs; notre feuille de route reste en place. Bien sûr, une fois que Jan Jenisch aura pris ses fonctions, il examinera certainement tout cela et aura sa propre vision."

Jan Jenisch assumera la succession d'Eric Olsen. Démissionnaire en avril, ce Franco-Américain n'a pas résisté aux pressions s'exerçant sur LafargeHolcim dans le scandale provoqué en Syrie, où la multinationale est mise en cause en raison d'une ancienne cimenterie soupçonnée d'avoir financé des groupes armés pour rester en activité.

Le nouveau directeur général arrive à la tête de LafargeHolcim avec une solide réputation forgée par la résistance de Sika à Saint-Gobain dans le projet du géant industriel français de racheter la société zougoise. Saint-Gobain a acquis il y a plus de deux ans et demi un paquet de 16% des actions lui assurant 52% des voix.

Demande moindre

Pour la suite de l'exercice 2017, le groupe dit vouloir "générer une croissance durable et rentable", grâce aux synergies. La demande sur ses marchés devrait augmenter de 1 à 3% cette année, sur la base de l'évolution constatée durant le premier semestre, contre une fourchette de 2 à 4% précédemment.

Les Etats-Unis, l'Inde, le Nigeria et certains pays d'Europe devraient notamment apporter leur pierre à l'édifice, estime LafargeHolcim. La multinationale s'attend enfin à recevoir d'ici à la fin de l'année le feu vert des autorités chinoises, dernier obstacle à la concrétisation de sa nouvelle organisation.

A la Bourse suisse, l'action LafargeHolcim était orientée à la baisse mercredi. Le géant des matériaux de construction a déçu les attentes du marché pour le chiffre d'affaires, mais les a dépassées sur le plan des résultats.

ATS