Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nouveau virus informatique "Duqu" a été détecté dans huit pays dont la Suisse. Les spécialistes comparent ce virus à Stuxnet, auteur notamment d'attaques contre le programme nucléaire iranien.

"La menace Duqu prend de l'ampleur", a indiqué Symantec vendredi. Le fabricant américain de logiciels anti-virus l'a détecté au sein d'entreprises ou d'administrations présentes en Suisse, France, Pays-Bas, Ukraine, Inde, Iran, Soudan et Vietnam.

"Duqu" - ainsi baptisé par le laboratoire de recherche qui l'a découvert en octobre car il génère des fichiers comportant le préfixe "DQ" - partage une bonne partie de son code source avec Stuxnet. Il représente une menace "quasiment similaire" mais a un but "complètement différent".

Son but n'est pas de saboter directement un système de contrôle industriel mais plutôt de collecter des données auprès d'entités telles que des fabricants de systèmes de contrôle dans l'industrie, afin de lancer des attaques plus facilement contre des tierces parties, explique Symantec.

"Duqu" peut profiter d'une faille de sécurité de Windows pour s'introduire dans un ordinateur en se cachant dans un document Word.

Détecté en 2010, le virus Stuxnet avait infecté un logiciel Siemens de contrôle des automates industriels très utilisé dans les secteurs de l'eau, des plateformes pétrolières et des centrales électriques.

ATS