Le noyau de Jupiter n'est pas compact comme on le supposait jusqu'ici, rapporte une équipe internationale de chercheurs avec participation suisse dans la revue Nature. Les scientifiques y voient la marque d'une gigantesque collision.

La sonde américaine Juno n'a pas seulement fourni des clichés stupéfiants de Jupiter, elle a aussi livré une masse de données qui implique la révision de certains présupposés sur cette géante gazeuse, a indiqué le Pôle de recherche national PlanetS dans un communiqué.

Ainsi, son noyau que l'on pensait petit et compact comprend outre de la roche et de la glace également de l'hydrogène et de l'hélium. Il n'y a en outre pas de distinction nette entre le noyau et le manteau de la planète, mais plutôt une transition graduelle, rapporte l'équipe de Ravit Helled, de l'Université de Zurich, associée à des confrères chinois et japonais.

Pour les scientifiques, l'explication la plus vraisemblable est un gigantesque impact avec un objet céleste estimé à dix fois la masse de la Terre il y a environ 4,5 milliards d'années. Selon leurs modélisations, la collision a dû être frontale pour "diluer" de la sorte le noyau de Jupiter avec la couche intérieure du manteau.

https://www.nature.com/articles/s41586-019-1470-2

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

SWI plus banner

  • Des infos pertinentes et compactes
  • Des questions et des réponses pour la Cinquième Suisse
  • Discuter, débattre, réseauter

Un seul clic, mais un Plus pour vous !


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.