Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Maison Blanche a confirmé mardi la mort du numéro deux d'Al-Qaïda, Abou Yahia Al-Libi. Il a été tué la veille par un drone américain dans les zones tribales pakistanaises dans une opération militaire qui aurait coûté la vie à sept activistes étrangers.

Al-Libi était chargé de superviser les opérations dans les zones tribales. Il était également responsable des liaisons avec les groupes affiliés au réseau islamiste, a précisé le porte-parole de la présidence, Jay Carney, lors d'un point de presse.

"Nous avons la confirmation de sa mort (...). C'est un coup rude" porté à Al-Qaïda, a-t-il ajouté. "Il n'y a personne, aujourd'hui, susceptible de le remplacer dans ses fonctions", a-t-il ajouté.

"Il comptait parmi les chefs d'Al-Qaïda les plus expérimentés et les plus doués et il a joué un rôle essentiel dans la préparation des attaques contre l'Occident", a pour sa part déclaré un responsable américain, qui a requis l'anonymat.

Un dirigeant des talibans pakistanais, qui a également souhaité rester anonyme, a de son côté estimé que la mort d'Al-Libi était une "grande perte" pour les combattants de l'islam. "Derrière le docteur Sahib (le chef d'Al-Qaïda, Ayman Al-Zaouahri), il était le principal dirigeant d'Al Qaïda", a-t-il affirmé.

Un des membres les plus dangereux d'Al-Qaïda

Selon un responsable des services de renseignement pakistanais, Al-Libi a été grièvement blessé lors du raid et a succombé à ses blessures dans un dispensaire privé.

Il est très difficile de confirmer l'identité des victimes des raids de drones dans les zones tribales pakistanaises, où les cadavres sont rapidement inhumés, afin de brouiller les pistes et de minorer le nombre de victimes.

Al-Libi, diplômé en chimie et spécialiste des nouveaux médias, s'était rendu célèbre dans les rangs d'Al-Qaïda en s'évadant en 2005 du centre de détention de la base de Bagram, considérée comme la prison américaine la plus sûre d'Afghanistan. Pour les Etats-Unis, il était l'un des membres les plus dangereux d'Al-Qaïda.

ATS