Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Bourses européennes ont accentué mardi leur plongeon, victimes des craintes d'une faillite de la Grèce et d'une nouvelle chute des valeurs bancaires. Les pertes des marchés européens ont été encore plus lourdes que la veille.

Paris a perdu 2,61%, Francfort 2,98%, Londres 2,58% et Milan 2,72% à la clôture. La Bourse d'Athènes s'est effondrée avec un recul de 6,28%, tombant à son plus bas niveau depuis 18 ans. La Bourse suisse a elle vu son indice SMI perdre 0,93%.

Quant à la Bourse de New York, elle a signé un spectaculaire rebond en fin de séance, effaçant les lourdes pertes enregistrées plus tôt sous l'effet des craintes de défaut de paiement la Grèce: le Dow Jones a gagné 1,44% et le Nasdaq 2,98%.

Inquiétudes multiples

Les marchés redoutent plus que jamais une aggravation de la crise de la dette grecque et son extension en zone euro. Réunis à Luxembourg, les ministres des finances de la zone euro ont décidé lundi soir de reporter à nouveau les décisions concernant un prêt crucial à la Grèce pour éviter sa faillite. Ils ont demandé à Athènes des efforts budgétaires supplémentaires.

"Les responsables européens ont une fois de plus été incapables, malgré l'urgence, de prendre des mesures concrètes, se contentant de simples réflexions", a commenté un analyste parisien sous couvert d'anonymat.

Autre motif d'inquiétudes pour les investisseurs, la participation du secteur privé, essentiellement des banques, au deuxième plan d'aide à Athènes devrait être revue à la hausse afin de tenir compte de la dégradation de l'économie et des marchés européens.

Les craintes d'un retour en récession restent également très vives, en Europe comme aux Etats-Unis. Standard & Poor's a révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour la zone euro, à 1,1% en 2012 contre 1,5% jusque-là.

Euro très faible

De son côté l'euro a continué à pâtir de la crise de la dette. La devise européenne est restée très faible, oscillant autour de 1,32 dollar, après avoir atteint son plus bas niveau depuis neuf mois face au billet vert et depuis dix ans face au yen.

ATS