Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Pakistan pleurait jeudi la mort d'environ 300 ouvriers du textile décédés dans l'incendie d'une usine à Karachi. De présumés responsables de ce qui a été qualifié de catastrophe industrielle la plus meurtrière du pays ont été accusés de meurtre par les autorités.

A l'appel de plusieurs partis politiques, toutes tendances confondues, les commerçants ont fermé boutique à Karachi, ville de 17 millions d'habitants et coeur du secteur manufacturier du Pakistan.

Les transports en commun tournaient au ralenti et les familles enchaînaient les funérailles qui d'un père, d'une mère, d'un frère, d'une soeur, d'enfants dévorés par l'incendie mardi soir de l'usine de textile de la compagnie locale Ali Enterprises qui exporte son prêt-à-porter en Occident.

Sécurité négligée

"Nous avons déposé des accusations de meurtre contre les propriétaires de l'usine (...) car ils ont négligé de fournir la sécurité adéquate aux employés de l'usine, ce qui a causé la mort de centaines de personnes", a dit un haut responsable de la police locale.

Les accusations ont été enregistrées au nom de l'Etat contre les propriétaires Abdul Aziz, Mohammad Arshad et Shahid Bhaila ainsi que les membres de la direction de l'usine de Karachi, où 289 employés ont trouvé la mort, a indiqué ce responsable.

Selon les pompiers de Karachi, les ouvriers ont été prisonniers de leur usine en piteux état, à la ventilation déficiente, et sans sortie de secours, ce qui a alourdi le bilan des victimes. Des employés sont morts étouffés, leurs corps ont ensuite été retrouvés calcinés.

Propriétaires introuvables

Les autorités de la province du Sindh avaient publiquement annoncé que les propriétaires allaient être inculpés pour "négligence criminelle", mais pas directement pour meurtre dans cette affaire.

La police cherchait toujours les propriétaires de l'usine qui ont été placés sur une liste spéciale leur interdisant de quitter le territoire pakistanais.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS