Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La police israélienne a interpellé à nouveau le Palestinien Khader Adnane, lundi, pour l'interroger sur un déplacement à Jérusalem, au lendemain de sa libération de prison dans le cadre d'un accord sur l'arrêt de sa grève de la faim. Celle-ci a duré presque deux mois.

Khader Adnane, membre du groupe Djihad islamique, a été placé en détention provisoire près de la mosquée d'Al Aksa, dans la vieille ville de Jérusalem. Selon une porte-parole de la police, il ne disposait pas de permis l'autorisant à entrer dans la vieille ville et va être expulsé vers la Cisjordanie, où il réside.

"Il a été interpellé, pas arrêté", a dit la porte-parole. "Il est actuellement interrogé et, lorsque ce sera terminé, il sera expulsé vers les territoires palestiniens", a-t-elle ajouté.

Dimanche, Khader Adnane avait été libéré de prison après 56 jours de grève de la faim pour protester contre sa détention administrative, méthode qu'Israël dit employer en tant que mesure de sécurité pour empêcher des violences.

Un personnage sensible

Les autorités israéliennes avaient arrêté Khader Adnane, âgé de 37 ans, en juillet 2014 pour la dixième fois. Les deux camps craignaient que sa mort des suites de sa grève de la faim n'ébranle la trêve fragile qui prévaut dans la bande de Gaza et ne déclenche de nouvelles violences.

Khader Adnane est une personnalité connue du Djihad islamique en Cisjordanie, territoire occupé par Israël depuis 1967. Comme le Hamas, le Djihad islamique s'oppose aux accords de paix intérimaires conclus entre les Palestiniens et Israël dans les années 1990 et milite pour la destruction de l'Etat d'Israël.

ATS