Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au troisième et dernier jour de sa visite à Cuba, le pape a célébré mercredi une messe devant environ un demi-million de personnes sur la place de la Révolution à La Havane. Benoît XVI a demandé plus de liberté religieuse. Le souverain pontife a ensuite rencontré Fidel Castro.

L'entretien a duré une trentaine de minutes, a indiqué le Vatican. Fidel Castro a eu "une conversation très animée avec Benoît XVI, "qu'il a notamment interrogé sur le sens des changements liturgiques à la messe. Le pape lui a alors expliqué le sens de cette rénovation", a précisé le Vatican.

La question de la difficulté des religions à répondre aux "défis" de la modernité a également été abordée. "Le pape a dit que l'humanité rencontrait des difficultés en raison de l'absence de Dieu. Il a exposé ses thèmes de réflexion: rapports entre la foi et la raison, entre la liberté et la responsabilité", a rapporté le Vatican.

Sous le portrait du Che

Il s'agissait de la première entrevue entre le Lider Maximo, 85 ans, et le pape allemand, 84 ans. Fidel Castro avait rencontré par deux fois Jean Paul II, en 1996 au Vatican, puis lors d'une visite historique de celui-ci à Cuba, en 1998.

La messe a eu lieu sous un soleil ardent en présence du président cubain Raul Castro. La foule avait commencé dès la nuit précédente à se rassembler sur le site, là-même où Fidel Castro avait l'habitude de prononcer des harangues de plusieurs heures.

Entouré d'immenses portraits des héros de la révolution, notamment le Che, le souverain pontife a lu un sermon pour que Cuba construise une société plus ouverte, fondée sur la vérité, la justice et la réconciliation.

Attaques contre le marxisme

S'en prenant manifestement au marxisme, il a estimé que certains "interprètent à mauvais escient cette quête de vérité, ce qui les mène à l'irrationnel et au fanatisme; ils s'enferment dans 'leur vérité' et cherchent à l'imposer aux autres", a-t-il expliqué.

Mardi, Benoît XVI avait rencontré le frère du lider maximo, le président Raul Castro. Il lui avait demandé que le vendredi saint, jour de la crucifixion du Christ, devienne férié à Cuba.

ATS