Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

41'000 personnes se sont inscrites pour participer à la messe du pape François à Genève, le 21 juin (archives).

KEYSTONE/AP/GREGORIO BORGIA

(sda-ats)

La venue du pape François à Genève le 21 juin suscite une grande ferveur. La messe que donnera le Saint-Père en fin d'après-midi à Palexpo affiche déjà complet. Les 41'000 places disponibles se sont arrachées.

Les inscriptions émanent de paroisses et d'entités catholiques provenant de la Suisse entière, a indiqué vendredi le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg dans un communiqué. Quelque 77% des fidèles inscrits proviennent de Suisse romande, 12% de Suisse alémanique et moins de 1% de Suisse italienne. Enfin, 11% des inscrits habitent en France.

Le diocèse a dit se réjouir de cet "engouement". Il rappelle aussi que les personnes qui n'ont pas pu obtenir de places pourront néanmoins suivre la messe du souverain pontife à la télévision. Les trois chaînes nationales RTS, SRF et RSI retransmettront en effet l'office.

Appel aux dons

Dans une lettre aux curés du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg, l'évêque auxiliaire Alain de Raemy a demandé une participation aux frais de la messe. "L'évêché n'a pas assez d'argent", a expliqué vendredi l'économe du diocèse Jean-Baptiste Henry de Diesbach dans l'émission Forum de la RTS.

Les curés sont donc priés de mettre les coordonnées bancaires dès ce week-end sur leurs feuilles dominicales et en appellent à la générosité des fidèles. "C'est une grosse organisation, un rassemblement qui sera compliqué en termes de sécurité et en logistique", s'est-il justifié.

La venue du pape François tombe le même jour que la Fête de la musique et des promotions dans les écoles genevoises. "On a du mal à trouver le matériel, il faut aller le chercher loin, ça coûte cher", relève l'économe. La cérémonie est budgétisée à près de deux millions de francs.

Et le Vatican a demandé qu'il n'y ait pas de quête pendant la messe. Il fallait donc trouver de l'argent ailleurs. "Il manque encore beaucoup d'argent", a reconnu l'économe. "Il faudra sans doute relancer les appels de dons après la messe."

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS