Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lors de son voyage, le pape François a fait distribuer aux journalistes une petite carte illustrée d'une photo poignante prise en 1945 après l'explosion de la bombe atomique à Nagasaki et montrant un enfant japonais portant sur le dos son petit frère mort.

KEYSTONE/AP/ALESSANDRA TARANTINO

(sda-ats)

Le pape François, en route lundi pour une visite d'une semaine au Chili et au Pérou, a déclaré que le monde était "à la limite" du risque de guerre nucléaire. Il a expliqué que la situation le terrifiait.

Le pape argentin s'exprimait dans l'avion au surlendemain d'une alerte au missile - qui s'est avérée sans objet - ayant semé la panique à Hawaï, alors que la Corée du Nord laisse planer la menace d'une attaque nucléaire. "Je pense que nous sommes à la limite. J'ai vraiment peur. Il suffirait d'un accident pour tout précipiter", a-t-il déclaré.

Jorge Bergoglio, qui a souvent évoqué les dangers d'une guerre nucléaire, a fait distribuer aux journalistes une petite carte illustrée d'une photo poignante prise en 1945 après l'explosion de la bombe atomique à Nagasaki et montrant un enfant japonais portant sur le dos son petit frère mort. Au dos de la carte, quatre mots écrits de la main du pape: "Le fruit de la guerre".

Pour sa sixième visite en Amérique latine, François va soutenir les peuples indigènes et revigorer des Eglises locales en perte de vitesse, touchées par des scandales de pédophilie.

Attendu à Santiago à 20h10 locales (00h10 en Suisse mardi), il devait survoler son Argentine natale, où il ne s'est pas encore rendu depuis le début de son pontificat, il y a près de cinq ans.

Turbulences politiques

Ce voyage d'une semaine dans la catholique Amérique latine restera très spirituel, mais le premier pape latino-américain rencontrera aussi les autorités gouvernementales de deux pays en période de turbulences politiques.

Le Chili est en pleine transition, après la victoire à la présidentielle de décembre du milliardaire conservateur Sebastian Piñera, suscitant des interrogations sur les réformes sociétales de la socialiste sortante Michelle Bachelet, dont l'avortement thérapeutique.

Le Pérou s'enfonce de son côté dans une profonde crise, depuis la grâce accordée à Noël à l'ex-président Alberto Fujimori, condamné pour corruption et crimes. Très critiqué pour cette décision, le chef de l'Etat Pedro Pablo Kuczynski, ex-banquier de Wall Street, a lui-même échappé à une destitution pour ses liens avec le géant du BTP brésilien Odebrecht.

Sécurité inquiète

Les temps forts du 22ème voyage de son pontificat - du 15 au 18 janvier au Chili, puis du 18 au 21 janvier au Pérou - seront indubitablement ses rencontres avec des peuples indigènes. Dans les deux pays, le pape déjeunera avec eux en petit comité.

A Temuco, à plus de 600 km au sud de Santiago du Chili, il s'adressera aux indigènes Mapuche (7% de la population chilienne), qui occupaient un vaste territoire à l'arrivée des conquistadors espagnols au Chili en 1541. Cette région, Auracania, est toutefois rythmée par des actions d'une minorité radicalisée, qui incendie des entreprises forestières mais aussi des églises. Le pape n'y est donc pas le bienvenu pour tous.

Autre source d'inquiétude pour les services de sécurité, une série d'attaques ont visé durant le week-end cinq églises de Santiago du Chili, l'oeuvre possible de groupes anarchistes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS