Toute l'actu en bref

Le débat du 3 mai avait suscité un débat émotionnel et l'engouement du public (archives).

KEYSTONE/WALTER BIERI

(sda-ats)

Le parlement thurgovien reporte d'un mois son second débat sur la suppression de l'enseignement du français à l'école primaire. Prévue d'abord le 17 mai, la seconde lecture du projet aura finalement lieu le 14 juin.

Le temps à disposition le 17 mai ne suffirait pas pour un débat "qui devrait à nouveau s'avérer long", écrit mercredi la Chancellerie d'Etat thurgovienne. La semaine dernière, le débat de première lecture a duré plusieurs heures. Le Grand Conseil est finalement entré en matière et a maintenu sa volonté de renoncer à l'enseignement du français à l'école primaire.

La modification de la loi scolaire soumise aux députés prévoit que l'enseignement de cette branche soit désormais introduit de manière renforcée dès l'école secondaire et non plus dès la 5e année primaire. En première lecture, les députés l'ont approuvé en invoquant la surcharge des élèves et la nécessité de renforcer leurs compétences en allemand.

Les citoyens thurgoviens auront probablement le dernier mot. Il suffit pour cela que 30 députés se prononcent en faveur d'un référendum. Le 3 mai dernier, ils étaient 53 à s'opposer à la suppression de l'enseignement du français à l'école primaire.

ATS

 Toute l'actu en bref