Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Stockholm - Le fondateur du site internet WikiLeaks spécialisé dans la publication de documents confidentiels, Julian Assange, a été accusé samedi de viol par la justice suédoise. L'avis de recherche a finalement été annulé après quelques heures.
M. Assange avait immédiatement nié les faits reprochés et avec son entourage il avait dénoncé une manoeuvre malveillante contre WikiLeaks.
Le Parquet, qui avait annoncé dans la matinée que M. Assange était recherché pour viol et agression, a publié un bref communiqué en fin d'après-midi expliquant que finalement "le procureur en chef Eva Finné avait décidé que Julian Assange n'était pas suspect de viol" et que de ce fait il "n'était plus recherché". Par contre, l'enquête sur l'accusation d'agression se poursuit, a précisé une porte-parole.
"Eva Finné ne fera pas de plus ample commentaire samedi", selon le site du parquet qui ne précise pas ce qu'il en est de l'accusation d'agression.
Dans un courriel adressé à un autre journal suédois, "Dagens Nyheter", Julian Assange, un Australien de 39 ans, avait démenti les faits et affirmé qu'il n'avait pas été contacté par la police.
"Coup bas"
"Pourquoi ces accusations font-elles surface aujourd'hui, voilà une question intéressante. Je n'ai pas été contacté par la police. Ces allégations sont sans fondement et extrêmement perturbantes", a-t-il écrit.
Sur Twitter, Wikileaks a ajouté: "Nous savions qu'il fallait s'attendre à des 'coups bas'. Voilà le premier".
Selon son collaborateur Kristinn Hrafnsson, le fondateur de WikiLeaks se trouvait toujours en Suède et il était prêt à aller voir la police de son propre chef pour s'expliquer.
"Il n'était pas au courant de ces accusations avant de les lire dans le tabloïd de droite Expressen ce matin", a affirmé M. Hrafnsson, mettant en cause des "organisations puissantes qui veulent faire du mal à WikiLeaks".
Deux femmes apeurées
Selon le quotidien "Expressen", deux femmes âgées de 20 à 30 ans se sont présentées à la police vendredi pour faire part de leur mésaventure avec M. Assange. Apeurées, elles ne voulaient pas porter plainte et la police a pris l'initiative d'en référer au parquet.
Toujours selon "Expressen", M. Assange aurait rencontré une des femmes dans la nuit de samedi à dimanche la semaine dernière à Södermalm, un quartier branché de Stockholm, et la seconde mardi matin à Enköping, à quelques kilomètres au nord-ouest de la capitale.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS