Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Kingston - Le parrain de la drogue Christopher "Dudus" Coke, qui fait l'objet d'une traque à grande échelle en Jamaïque depuis qu'un mandat d'arrêt a été délivré contre lui dimanche, est toujours sur l'île, a déclaré le chef de la police du pays. Mais on ignore où il se cache.
Les affrontements entre la police et l'armée jamaïcaine d'un côté, et les partisans de "Dudus" de l'autre, ont fait au moins 73 morts civils depuis dimanche, jour où le gouvernement a proclamé l'état d'urgence, selon des chiffres de la police. Le fait que les forces de l'ordre n'aient toujours pas réussi à mettre la main sur Coke, dont les Etats-Unis réclament l'extradition afin de le juger pour trafic de drogue, a donné lieu à toutes sortes de spéculations et de théories du complot.
Certains affirment qu'il a réussi à quitter l'île, d'autres qu'il a trouvé un abri sûr grâce à ses appuis politiques. Le chef de la police a assuré qu'il voulait l'avoir vivant. "Nous ne donnons pas l'ordre de tirer pour tuer", a-t-il affirmé.
Vendredi toujours, le Premier ministre jamaïcain, Bruce Golding, a été appelé à la démission par un de ses prédécesseurs après les affrontements sanglants des derniers jours. L'ancien chef du gouvernement Edward Seaga a dit qu'il ne serait pas surpris si le bilan final des violences s'élevait à 150 morts et a accusé les autorités de cacher des corps.
"Je ne peux pas trouver la moindre excuse à un comportement aussi cruel", a-t-il souligné. "Quel pays sommes-nous donc devenus? Ce qui s'est passé fait penser au Chili sous Pinochet ou à l'Afrique. Cela ne devrait pas arriver ici", a-t-il dit.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS