Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Parti évangélique est favorable aux réseaux de soins intégrés, une révision de la loi sur l'assurance maladie soumise au peuple le 17 juin. Réunie samedi à Arbon (TG), la centaine de délégués du PEV recommande en revanche le rejet des deux initiatives, de l'ASIN et sur l'épargne-logement.

Les délégués n'ont pas contesté le retour en arrière que représenterait pour les malades chroniques le fait de ne plus être obligatoirement soignés par leur médecin de famille. Mais ils ont qualifié cette situation de "simple ombre au tableau", écrit le parti samedi dans un communiqué.

Selon le PEV, les avantages de la révision de la LAMal dominent, à savoir une qualité de soins plus élevée, à de moindres coûts. Et ceux qui refuseraient ce modèle paieraient au maximum 300 francs de plus par année.

En lançant leur campagne respective, tant le comité référendaire des médecins que le conseiller fédéral Alain Berset ont avancé le chiffre de 500 francs supplémentaires au maximum pour la quote-part. Au vote, la révision a été soutenue à près de trois contre un (64 voix contre 26 et 5 abstentions).

Initiatives rejetées

L'initiative de l'ASIN visant à soumettre les accords internationaux au vote populaire a été balayée par 99 voix contre 1 et celle en faveur de l'épargne-logement a été rejetée par 88 voix contre 5.

L'acceptation de l'initiative signifierait environ huit votations supplémentaires par année, écrit le PEV. "Vu le grand consensus populaire sur la majorité des projets, cela n'est tout simplement pas justifiable", affirment les évangéliques.

L'initiative "Accéder à la propriété grâce à l'épargne-logement", est "inefficace et injuste", selon le PEV qui a repris les arguments contre le texte refusé au en mars. Pour le parti, cette initiative serait un cadeau fiscal aux riches.

Les délégués ont par ailleurs reconduit Heiner Studer pour quatre années supplémentaires dans ses fonctions de président du PEV. M. Studer, conseiller national de 1999 à 2007, conduit le parti depuis 2008.

ATS