Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Parti Pirate Suisse (PPS) a lancé jeudi une pétition demandant aux Chambres fédérales la légalisation du cannabis et de ses dérivés tant pour les usages médicaux que récréatifs. Un projet pilote allant dans ce sens est sur le point d'être soumis à l'OFSP.

Un marché légalisé du cannabis permettra une meilleure prise en charge de la toxicodépendance et de ses conséquences tout en préservant les libertés et droits fondamentaux de chacun, indique jeudi le parti dans un communiqué. Un volet pour la protection des mineurs est inclus dans le texte du parti pétitionnaire.

Pour le co-président du PPS Guillaume Saouli, un tel marché donnera en outre la possibilité de contrôler les substances vendues. Ce qui permettra "d'élaborer une stratégie de gestion des stupéfiants", a-t-il indiqué à l'ats. Et d'ajouter que le parti suit ce projet de légalisation depuis plus de cinq ans.

Projet pilote en élaboration

Un projet pilote allant dans le même sens avait été évoqué à la fin 2013 par un groupe de députés genevois interpartis. L'expérience vise à autoriser pendant trois ans dans le canton la culture, la distribution et la consommation de cannabis dans le cadre d'associations contrôlées, les "Cannabis Social Club".

Fin mai, le dossier était au coeur d'une rencontre scientifique à huis clos à Genève, a annoncé jeudi à l'ats le président du groupe de réflexion, le professeur de sociologie à l'Université de Genève Sandro Cattacin. "Le projet de la ville du bout du lac a été discuté par une quarantaine de personnes de manière ouverte", ajoute-t-il.

Cette rencontre est le point de départ pour les prochaines étapes. Le groupe a pour "but de soumettre ce projet pilote à la fin de l'année" à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). L'organe est compétent pour autoriser la légalisation du cannabis dans les clubs sociaux en l'absence de loi.

Grandes villes

Le groupe de réflexion est en attente de la position des autres grandes villes, Berne, Bâle et Zurich, quant à la participation au projet en tant que lieu d’expérimentation, note Sandro Cattacin.

Sous la Coupole fédérale, le Conseil fédéral marche sur des oeufs face à la multiplication des ébauches de projets visant une remise contrôlée de cannabis. Il n'est pas près de présenter un projet de légalisation, mais entend suivre de manière attentive le dossier et faire part de ses conclusions au Parlement au plus tard à la fin 2017.

ATS