Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lausanne - Pour Christian Levrat, il n'est pas question de quitter le Conseil fédéral. Ce serait absurde, déclare le président des socialistes dans une interview publiée par "24 heures" et "La Tribune de Genève" ce vendredi, à la veille du congrès du parti qui se tiendra pendant deux jours à Lausanne.
"Nous nous battons pour renforcer notre influence. Ce n'est pas le moment d'en céder une partie de manière volontaire", relève Christian Levrat. "Par contre, c'est le moment de débattre avec les membres de notre parti de notre réaction si nous devions perdre un de nos sièges en 2011".
Le président du PS se défend de naviguer à vue. "Nous anticipons, nous planifions. La menace claire qui pèse sur nos sièges en 2011 va entraîner une forte mobilisation de nos électeurs et nous aider à défendre nos positions à Berne", estime-t-il.
"Aujourd'hui les partis bourgeois et notamment l'UDC annoncent qu'ils veulent un gouvernement de droite. Ou la variante consistant à remplacer un socialiste par un Vert. Ce qui serait un affaiblissement massif de la gauche".
Pour le Fribourgeois, il est important que le PS reste un parti large avec une aile gauche qui joue son rôle protestataire et une aile plus centriste qui s'articule sur des projets plus consensuels. Selon lui, le positionnement du parti est clair: il s'agit de mener une politique pour la majorité de la population, à l'instar de l'initiative pour la justice fiscale.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS