Toute l'actu en bref

MSC estime avoir fait face à une perte moins élevée que ses concurrents en 2016 (archives).

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

Les collaborateurs de MSC "ne perdront jamais" leur emploi, selon leur patron. Le groupe italo-suisse de transport maritime établi à Genève a fait face à une perte moins élevée que ses concurrents en 2016.

"Nous avons une entière responsabilité vis-à-vis de nos 70'000 employés" dont environ un millier à Genève, dit Diego Aponte dans un entretien publié vendredi par le quotidien L'Agefi. Le président ne communique pas les résultats pour 2016. Mais la baisse constatée au Brésil a été compensée notamment aux Etats-Unis et en Chine.

Au total, l'activité a augmenté de plus de 6%, deux fois plus que la moyenne du reste du secteur. Elle se divise entre le transport maritime à 90% et les croisières à 10%. Et MSC est armateur de 70% de ses navires. Il affrète le reste.

Plus de 70% du commerce mondial est véhiculé par conteneurs, rappelle M. Aponte dont le groupe est le deuxième mondial en terme de capacités sur ce secteur. Le patron explique la surcapacité de la branche, estimée à 25% par un cabinet spécialisé, aux "spéculateurs" qui ont bénéficié de conditions-cadres particulières.

Navire supplémentaire pour MSC

Après la faillite du groupe chinois Hanjin, "la situation s'est améliorée", dit-il. Des alliances ont été établies entre les acteurs pour réduire les coûts. Des porte-conteneurs sont notamment utilisés en commun. "Environ deux tiers de notre volume mondial bénéficient de ce système", ajoute encore M. Aponte.

Par ailleurs, il dénonce les allégations d'une industrie polluante lancées à l'égard du transport maritime. Au total, MSC a investi 300 millions de dollars (plus de 290 millions de francs) en trois ans pour diminuer d'entre 10 et près de 30% les émissions de gaz à effet de serre. De nouvelles réglementations internationales sur d'autres restrictions vont elles coûter un milliard de dollars au groupe.

MSC doit officiellement inaugurer samedi son nouveau navire de croisière en France, en présence du Premier ministre. Ce navire est le plus grand jamais construit par un armateur suisse, précise l'entreprise.

ATS

 Toute l'actu en bref