Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le patron de Virgin, Richard Branson, estime que le vote sur le Brexit a fracturé la Grande-Bretagne (archives).

KEYSTONE/APA ZB/UNBEKANNT

(sda-ats)

Le patron du groupe Virgin, Richard Branson, a appelé lundi le parlement britannique à "prendre au sérieux" une pétition signée par 3,6 millions de personnes. Le texte appelle à un deuxième référendum, après la victoire du Brexit au vote de jeudi.

"La décision sur l'avenir du Royaume-Uni s'est fondée sur de fausses promesses qui ont poussé une minorité de l'ensemble des électeurs à voter" pour une sortie du pays de l'Union européenne (UE), a écrit sur son blog le milliardaire britannique. Jeudi, 17,4 millions de personnes ont voté pour le Brexit et 16,1 millions pour rester dans l'UE sur 46,5 millions d'électeurs enregistrés pour le référendum.

Pays coupé en deux

"Deux ans avant même que le Brexit ne devienne réalité, selon les règles européennes, il a déjà des conséquences importantes sur l'économie britannique et sur la société", a ajouté le patron de Virgin. Il juge notamment que ce vote "a fracturé le pays".

Signe d'un vote qui a du mal à passer pour une partie des Britanniques, en particulier chez les jeunes, la pétition a été lancée dès le résultat du référendum connu, vendredi. Lundi matin, elle dépassait les 3,6 millions de signataires.

ATS