Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En cas de "oui" à l'initiative "No Billag", 21 stations de radio et de télévision régionales devraient mettre la clé sous le paillasson, selon le conseiller aux Etats Werner Luginbühl (PBD/BE) (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

Les délégués du Parti bourgeois-démocratique (PBD) recommandent de voter "non" à l'initiative "No Billag" qui souhaite supprimer la redevance radio et télévision. Ils étaient réunis samedi en assemblée à Ennenda (GL), dans le canton où le parti a été fondé.

Si l'initiative était acceptée, elle entraînerait la fin de la solidarité entre régions linguistiques. Cela reviendrait à démanteler le service public dans les médias, a expliqué le conseiller national Bernhard Guhl (AG).

Et de rappeler que 21 stations régionales de radio et de télévision devraient fermer boutique si l'initiative était acceptée par le peuple lors de la votation du 4 mars. La SSR n'est pas la seule à être financée par ces redevances.

Prévoyance vieillesse

Par ailleurs, les délégués sont revenus sur l'échec du projet de réforme de la Prévoyance vieillesse 2020. Pour le conseiller aux Etats Werner Luginbühl (BE), " les problèmes demeurent".

Le parti souhaite dépolitiser la question de l'âge de la retraite en liant celui-ci à l'espérance de vie, indique le communiqué diffusé samedi. Il faut considérer la question des opportunités dont dispose la génération âgée sur le marché du travail.

A défaut de réponse crédible aux inquiétudes des personnes de plus de 50 ans, augmenter l'âge de la retraite relève du cynisme, souligne le parti.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS