Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le personnel de Merck Serono, réuni en assemblée générale jeudi à Genève, a voté un préavis de grève pour mardi. Plus de 600 employés du groupe allemand ont pris part au vote, à mains levées. Seules cinq personnes ont voté contre, avec deux abstentions.

Le préavis de grève sera levé si la direction de Merck Serono accepte de prolonger le délai de consultation "de manière significative", le temps pour le personnel de formuler des contre-propositions. Un ultimatum est adressé à la direction pour lundi soir, a précisé le syndicat Unia.

"Il est nécessaire de durcir le ton, car nous ne sommes pas vraiment pris au sérieux", a affirmé le secrétaire régional d'Unia Alessandro Pelizzari au personnel.

Manifestation devant le Grand Conseil

Le délai pour la procédure de consultation sur les 1250 suppressions d'emplois sur le site de Genève annoncées le 24 avril par Merck Serono a été fixé par la direction pour le mercredi 16 mai. Elle n'a pour l'instant pas accepté de le prolonger.

Les employés, beaucoup revêtus de blouses blanches, se sont ensuite regroupés devant le bâtiment pour se rendre en cortège, en passant par les quais de Genève, jusqu'à la vieille ville, où ils ont manifesté devant le Grand Conseil genevois.

Solutions alternatives

Les employés ont aussi fait le point des travaux des trois groupes de travail formés la semaine dernière. L'un d'eux a commencé à discuter de solutions alternatives pour préserver, au moins en partie, les compétences de Merck Serono présentes à Genève. Des contacts ont été pris pour la reprise du site.

Unia s'est plaint de n'avoir pas reçu toutes les informations financières nécessaires de la part de la direction et de devoir négocier à Genève avec "des seconds couteaux". Un autre syndicat, Employés Suisse, a par ailleurs confirmé avoir déposé une action en justice, mardi à Genève, contre Merck Serono pour non-respect des procédures légales.

Une pétition a été lancée mercredi s'opposant à la fermeture du site et a recueilli jusqu'ici près de 900 signatures. Une nouvelle assemblée du personnel a été convoquée pour mardi.

ATS