Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les employés de Merck Serono, réunis en assemblée générale, ont décidé jeudi à Genève de suspendre leur mouvement de grève jusqu'à mardi. Ils veulent donner une chance à la médiation du Conseil d'Etat genevois.

Le personnel a été invité à se prononcer sur deux variantes: la reconduction de la grève vendredi qui n'a recueilli que 76 voix et la suspension du mouvement jusqu'à mardi qui a récolté 180 voix.

Les employés veulent donner une chance à la médiation du conseiller d'Etat genevois François Longchamp qui a invité les deux parties, la direction de Merck Serono, ainsi que le syndicat et les représentants du personnel, à s'asseoir autour de la table pour renégocier le plan social.

Manifestation

Environ 300 employés se sont ensuite réunis devant le bâtiment de l'entreprise pour s'ébranler en cortège en direction du centre ville en scandant "Avec les employés, négociez", derrière une banderole: "Tous les politiques vraiment avec nous?"

Les manifestants doivent remettre une lettre à l'Hôtel de Ville comme quoi ils acceptent de leur côté la médiation du Conseil d'Etat. Selon le syndicat Unia, les autorités cantonales ont l'obligation de réunir les parties si la négociation est bloquée.

Décision mardi

En suspendant la grève jusqu'à une prochaine assemblée mardi, les employés ont précisé qu'ils prendront à ce moment une décision sur la suite du mouvement, dont une reprise de la grève, au vu de la réponse de la direction de Merck Serono à la médiation du Conseil d'Etat. Ils attendent aussi le résultat des travaux de la "task force", qui doit se réunir également mardi.

Le maire de Genève Rémy Pagani a apporté son soutien personnel aux employés lors de l'assemblée de jeudi. Celle-ci a par ailleurs approuvé la décision de certains employés de poursuivre une grève vendredi, limitée à leur département.

En outre, l'assemblée a pris acte du soutien exprimé la veille à Darmstadt (Allemagne), siège de Merck, à une délégation des grévistes par les représentants des salariés allemand et européen du groupe pharmaceutique. Des employés ont suggéré d'inviter la famille Merck à Genève.

ATS