Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le personnel de Merck Serono a accepté jeudi la procédure de conciliation imposée par le Conseil d'Etat genevois. Le syndicat Unia et la direction ont été convoqués pour une première séance mardi devant la Chambre des relations collectives de travail. Le mouvement de grève est suspendu.

Le Conseil d'Etat genevois a décidé de saisir la Chambre des relations collectives de travail (CRCT) en estimant qu'il est impératif de renouer le dialogue autour du plan social. Lors d'une assemblée générale, les 400 employés présents ont pris acte de cette procédure qui leur interdit en même temps de poursuivre les mesures de lutte.

La 4e journée de grève qui avait débuté jeudi a en conséquence été suspendue, de même que la grève de la faim entamée mercredi. "Le courage et la détermination" de la dizaine de grévistes de la faim qui ont poussé le Conseil d'Etat à agir ont été salués par une ovation debout de l'assemblée.

La direction de Merck Serono n'a pas fait connaître jusqu'ici sa réaction à la convocation de la CRCT. En cas de refus de se présenter devant la Chambre, une amende est prévue.

Plusieurs semaines

Des membres du syndicat Unia ont expliqué que la procédure de conciliation peut durer plusieurs semaines. "C'est la dernière carte que l'on peut jouer pour ouvrir des négociations avec la direction", a déclaré un représentant du personnel, Hubert Godinot.

Il s'est félicité, après neuf semaines de mobilisation du personnel, de la décision du Conseil d'Etat d'augmenter la pression sur le groupe pharmaceutique allemand et de contraindre la direction à s'expliquer sur un plan social jugé insuffisant par le personnel.

La Chambre n'émettra pas un jugement, mais une recommandation au terme des séances de conciliation qui regrouperont la direction, les représentants du personnel et du syndicat Unia. Cette procédure ne porte que sur le plan social, et non sur le licenciement de 500 employés et le transfert de 750 autres, des mesures déclarées définitives par la direction.

ATS