Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le personnel de Merck Serono a fixé, mardi à Genève, des conditions à l'ouverture de négociations avec la direction du groupe allemand. Celle-ci a jusqu'à lundi pour accepter, sinon le préavis de grève sera reconduit la semaine prochaine.

Réunis pour leur quatrième assemblée générale depuis l'annonce de la fermeture du site le 24 avril, plus de 600 employés de Merck Serono ont décidé d'entrer en négociation avec la direction sur un protocole d'accord. "Nous sommes d'accord de négocier, mais en bonne foi", a affirmé le secrétaire général d'Unia Alessandro Pelizzari.

Délai de consultation

La direction doit s'engager à négocier, si nécessaire, une nouvelle prolongation du délai de consultation d'ici le 1er juin. Lundi, Merck Serono a accepté de reporter l'échéance du 16 mai au 4 juin.

Le personnel a également demandé que la direction soit représentée dans les négociations par des personnes "aptes à prendre des décisions". Toutes les informations utiles doivent être transmises à ses représentants, en particulier un rapport McKinsey gardé confidentiel jusqu'ici, ainsi qu'une analyse comparative des coûts des différents sites du groupe.

Réponse de la direction

Lors de la prochaine assemblée générale lundi, le personnel prendra connaissance de la réponse de la direction. Elle décidera, le cas échéant, de la reconduction du préavis de grève, pour l'instant seulement suspendu, a précisé le syndicat Unia.

Des actions vont en outre être menées pour élargir le combat en Suisse et dans d'autres pays en Europe dans le cadre du programme d'économies annoncé par Merck au niveau global. Une manifestation à Berne, à une date non encore précisée, va être organisée.

Repli du bénéfice net

Le groupe allemand de chimie-pharmacie Merck KGaA, a vu son bénéfice net se replier de moitié au 1er trimestre, à 176,6 millions d'euros (211 millions de francs). Le chiffre d'affaires s'est en revanche accru de 3,2% à 2,6 milliards d'euros.

Au niveau opérationnel (EBITDA), le bénéfice a reculé de 8,4% à 674,9 millions d'euros.

ATS