Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Nestlé prendra "le temps nécessaire" pour analyser ces propositions (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Les employés de Nestlé ont remis mardi leurs contre-propositions à la direction. Ils espèrent éviter la totalité ou une grande partie des 500 licenciements redoutés dans le secteur informatique du géant veveysan.

Les 14 membres de la commission du personnel ont livré un document détaillé d'une centaine de pages. Ce rapport jette un regard critique sur la restructuration dévoilée le 29 mai dernier par la multinationale. Quatre scénarios alternatifs sont sur la table.

Des risques pour l'entreprise

Sur le fond, le personnel estime que la réorganisation comporte des risques pour l'entreprise. "Ce serait une grosse perte d'expertise, cette expertise que Nestlé a construite pendant des années en Suisse. Et les économies réalisées seront plus petites que prévu", explique Natasha Recchia, membre de la commission du personnel.

Pour rappel, Nestlé souhaite concentrer ses activités informatiques dans son centre de compétences à Barcelone. La mesure pourrait coûter jusqu'à 500 emplois en Suisse ces 18 prochains mois. Trois sites sont touchés à Lausanne, Bussigny et Vevey.

Quatre scénarios

Pour éviter ces coupes, le personnel présente divers scénarios, qui peuvent se combiner. Le premier propose une optimisation du fonctionnement actuel de Globe qui permettrait d'éviter "pas mal de gaspillages", explique Mme Recchia. Globe (Global Business Experience) est le nom des services informatiques de Nestlé qui regroupe quelque 5000 employés dans le monde.

Le deuxième scénario propose une organisation du service avec moins de hiérarchie et un fonctionnement plus rapide et efficace, en veillant à garder l'expertise en Suisse. Troisième proposition: effectuer cette réorganisation d'ici trois à cinq ans, pour profiter des départs naturels et avoir un impact social moindre.

Société autonome

Enfin, créer une société autonome qui reprendrait tous les services informatiques de la multinationale. "Elle serait initialement financée par Nestlé. Elle pourrait ensuite lui vendre ses services, ainsi qu'à d'autres entreprises", explique Natasha Recchia.

La représentante du personnel place beaucoup d'espoir dans cette procédure de consultation. "On a réussi à démontrer que la restructuration ne va pas marcher, chiffres à l'appui. On est persuadés qu'ils changeront d'avis", a-t-elle déclaré. Les discussions sur l'éventuel plan social débuteront le 9 août.

Contacté, Nestlé annonce qu'il prendra "le temps nécessaire" pour analyser ces propositions, sans donner de délai. "Nous partagerons nos conclusions avec les représentants du personnel dès que l'analyse sera terminée", a expliqué un porte-parole.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS