Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les salaires des profs alémaniques sont inférieurs à la moyenne des autres professions à qualifications équivalentes (archives).

KEYSTONE/APA/HARALD SCHNEIDER

(sda-ats)

Les enseignants de Suisse alémanique veulent des salaires à la hauteur des exigences de leur métier. Ils ont besoin de perspectives et de garanties ancrées dans la loi.

Les salaires dans l'enseignement sont comme toujours inférieurs à ceux pratiqués dans d'autres branches à formation équivalente, relève lundi le syndicat des enseignants alémaniques LCH (Dachverband Lehrer Schweiz) dans un communiqué.

Un premier sondage en 2013 avait conduit le syndicat à demander aux cantons de corriger le tir d'ici 2018. Malgré des appels répétés, trois sections syndicales sur quatre dans les cantons alémaniques et bilingues considèrent toujours la situation comme insuffisante. Seul Zoug est bien noté.

Mauvais pour les vocations

Appenzell, Schwyz, Uri et le Valais reçoivent la note "suffisant". Berne, Argovie et Schaffhouse écopent d'un "mauvais". Le reste des cantons, parmi lesquels Fribourg, Zurich, les deux Bâle, St-Gall ou Lucerne, sont jugés "insuffisants". Le Tessin, Genève, Vaud, Neuchâtel et Jura, non membres de LCH, ne sont pas notés. Le Syndicat des enseignants romands partage néanmoins les revendications de leurs collègues alémaniques.

Pour LCH, sans perspectives de salaires intéressantes, les maîtres ne sont pas motivés à faire carrière dans l'enseignement. Il faudrait une échelle des salaires comprenant des augmentations régulières et qui soit inscrite dans la loi. "Il est temps de mettre fin à l'arbitraire actuel", écrit le syndicat.

AG et LU, mauvais élèves

LCH pointe du doigt les cantons d'Argovie et de Lucerne qui ont procédé à des baisses de salaires cachées. Le premier n'a pas accordé de progression salariale depuis 2013, mais au contraire augmenté la charge de travail pour un même salaire.

Lucerne a suivi la même recette, ce qui a eu pour résultat des pertes de salaire entre 3,4 et 3,6%. Durant les cinq dernières années, le canton a bloqué le passage à un palier supérieur à quatre reprises, selon les données du syndicat.

Pour LCH, les cantons sourds aux revendications de leurs maîtres d'école courent le risque de perdre ce personnel qui partira vers d'autres cantons plus généreux. Durant les 25 dernières années, les salaires réels des profs sont restés inférieurs à la moyenne de toutes les autres professions où les salaires ont augmenté de 14,4%.

ATS