Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le peuple suisse devrait se prononcer sur les accords fiscaux passés avec l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Autriche, ainsi que sur la loi d'application. L'ASIN affirme avoir récolté les 50'000 signatures nécessaires pour son référendum. Mais le suspense demeure.

Le délai pour déposer les paraphes échoit jeudi à minuit. Le conseiller national et membre du comité de l'Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN) Lukas Reimann a confirmé à l'ats ses propos tenus à Radio 1: le comité référendaire a réuni les signatures nécessaires. Mais une partie pourrait être déclarée nulle par la Chancellerie fédérale, relativise-t-il.

L'ASIN a ajouté ne pas avoir récolté de signatures contre la loi fédérale sur l'imposition internationale à la source. La loi, dont le délai référendaire échoit également jeudi, règle l'application des accords fiscaux.

"Tâche herculéenne"

Récolter les paraphes a été "une tâche herculéenne, que nous avons pu mener à bien en unissant les forces" de tous les opposants, s'est réjoui David Roth, président de la Jeunesse socialiste (JUSO), cité dans un communiqué.

On devrait savoir la semaine prochaine - probablement mardi - si et lesquels des quatre objets combattus seront soumis au vote populaire le 25 novembre.

Outre l'ASIN, la Jeunesse socialiste (JUSO) et les jeunes UDC soutiennent le référendum. Si ce dernier devait échouer, la partie ne serait pas finie pour autant. L'accord passé avec Berlin risque d'être coulé par la Chambre des Länder allemande, où l'opposition de gauche est majoritaire.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS