Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La croissance économique chinoise devrait passer sous la barre des 8% au deuxième trimestre, a dit lundi un économiste travaillant pour le gouvernement. La faiblesse de la conjoncture pourrait persister, a-t-il ajouté.

"La tendance au ralentissement (de l'économie) est loin d'être terminée", a dit à Reuters Wang Jian, qui travaille pour la principale agence de planification du pays, le comité pour le développement national et les réformes.

Les économistes s'attendent à un taux de croissance de 7,9% sur un an entre avril et juin. Ce taux passerait pour la première fois depuis 2009 sous le seuil de 8%, un niveau considéré par beaucoup d'investisseurs comme le minimum de croissance nécessaire pour assurer un nombre suffisant de créations d'emplois.

Secteur immobilier freiné

Il y a dix jours, le State Information Center, un institut de réflexion affilé au gouvernement, a dit voir un produit intérieur brut (PIB) revenir à 7,5% sur un an sur le deuxième trimestre, en raison essentiellement de freins pesant sur le secteur immobilier et d'une demande extérieure moins soutenue.

La semaine dernière, le journal gouvernemental a rapporté que la Chine allait accélérer le processus d'approbation des investissements d'infrastructure dans l'espoir de lutter contre un ralentissement de l'économie.

Selon Wang Jian, l'économie chinoise pâtit d'une demande faible et de surcapacités, ce qui veut dire que les entreprises sont moins promptes à investir et à contracter de nouveaux prêts auprès de banques.

Le 13 mai, pour la troisième fois en six mois, la Chine a abaissé les montants que les banques doivent détenir en réserve, augmentant de ce fait leur capacité de prêt de 400 milliards de yuans (près de 58 milliards de francs), une mesure prise pour éviter le risque d'un ralentissement brutal de la deuxième puissance économique mondiale.

ATS