Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La conjoncture s'est assombrie en Suisse au troisième trimestre 2011. Si la croissance du produit intérieur brut (PIB) persiste, elle subit un ralentissement et n'est plus que de 0,2% par rapport au trimestre précédent. Le spectre d'une nouvelle récession plane.

Le PIB avait encore progressé de 0,5% au deuxième trimestre et 0,4% au premier trimestre, selon le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). La valeur du troisième trimestre est la plus basse enregistrée depuis début 2009, période durant laquelle la Suisse se débattait encore pour se relever d'une période de récession.

"Le ralentissement attendu se confirme. La tendance va malheureusement continuer au quatrième trimestre. Nous nous attendons à une croissance encore plus proche de zéro, voire carrément négative, situation qui devrait se poursuivre au premier trimestre 2012", a déclaré Bernard Lambert, économiste chez Pictet & Cie, contacté jeudi par l'ats.

Dans ses commentaires, la Banque cantonale de Zurich agite désormais également le spectre d'une nouvelle récession, en tablant sur un taux négatif au premier semestre 2012. Sur un an, le PIB affichait encore au troisième trimestre 2011 une hausse de 1,3%, contre 2,2% au deuxième trimestre, d'après le SECO.

Recul des exportations

A noter encore qu'au mois de novembre, les banques UBS et Credit Suisse ont toutes deux révisé en nette baisse leurs prévisions de croissance pour 2012, à respectivement 0,8% et 0,5%, contre 2,2% et 2,0% estimés auparavant.

Durant la période sous revue, le PIB a avant tout souffert du recul des exportations, en proie à une demande étrangère en berne. Pour les marchandises, le repli a atteint 0,9%. Les exportations de services ont quant à elles chuté de 2,7%, une baisse due au commerce de matières premières, très volatile, et au tourisme.

"L'industrie d'exportation est doublement pénalisée: d'un côté par le franc fort et de l'autre par le refroidissement de la conjoncture mondiale constaté ces derniers mois", a indiqué à l'ats Bruno Parnisari, chef du secteur conjoncture à la direction de la politique économique du SECO.

ATS