Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'économie suisse a vu sa croissance légèrement ralentir l'an passé après un exercice 2010 exceptionnel. Le produit intérieur brut (PIB) réel a ainsi augmenté de 1,9% en 2011, contre 3% en 2010, selon les premières estimations des comptes nationaux de l'OFS.

Compte tenu d'une légère hausse du niveau général des prix, le PIB à prix courants (non corrigés de l'inflation) s'est accru de 2,2%, a indiqué jeudi l'Office fédéral de la statistique (OFS). En chiffres absolus, le produit intérieur brut a représenté l'an dernier un montant de 586,78 milliards de francs.

Les différentes branches de l'économie helvétique ont connu des évolutions contrastées. Certaines activités exportatrices, en particulier l'industrie, ont profité d'un environnement économique international encore favorable pour enregistrer des hausses marquées de leur valeur ajoutée, relève l'OFS.

L'industrie des machines et des biens d'équipements a été soutenue par la forte hausse des investissements en Suisse. Quant au secteur de la construction, il bénéficie encore de taux d'intérêt très bas et de la forte demande due en partie à l'immigration, sa valeur ajoutée ayant crû de 3% aux prix de l'année précédente, après une hausse de 6,9% en 2010.

Marché intérieur déterminant

En revanche, la branche de l'hôtellerie et de la restauration ainsi que le secteur financier continuent d'évoluer dans un contexte difficile. Les banques et assurances ont enregistré une croissance très légèrement positive aux prix de l'année précédente (+0,3%).

La demande intérieure finale a exercé en 2011 une influence marquée sur la croissance, atteignant +1,9% contre +2,2% en 2010. Un résultat qui s'explique par la forte hausse des investissements et par la bonne tenue de la dépense de consommation finale des ménages et institutions sans but lucratif au service des ménages, qui représente environ 60% du PIB.

Les investissements ont enregistré une croissance de 4% et la dépense de consommation finale des ménages et institutions de 1,2% aux prix de l'année précédente.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS