Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le plus haut gradé américain en Irak, le général Martin Dempsey, a avoué mardi être "inquiet" pour l'avenir de ce pays après le retrait des dernières troupes américaines à la fin de l'année. Actuellement, 24'000 soldats américains sont encore stationnés en Irak.

Les Etats-Unis doivent avoir retiré toutes leurs troupes du pays d'ici la fin de l'année après l'échec des négociations entre Washington et Bagdad pour le maintien d'un contingent au-delà de 2011.

Washington souhaitait maintenir des troupes dans le pays pour aider à la formation de l'armée irakienne, apporter son soutien à sa défense aérienne et contrer l'influence de l'Iran voisin. Il y a renoncé après le refus de Bagdad d'accorder une immunité judiciaire aux soldats américains qui resteraient.

"Inextricablement liés"

Le général Dempsey a estimé que l'avenir des deux pays "est inextricablement lié" en raison du "sang versé" et des sommes dépensées par les Etats-Unis depuis le renversement de Saddam Hussein en 2003.

Le secrétaire à la Défense Leon Panetta a de son côté jugé que "l'Irak est prêt à prendre en main sa sécurité sans présence militaire américaine importante". Les relations des Etats-Unis avec l'Irak seront dorénavant "normales, similaires à d'autres dans la région, fondées sur les intérêts et le respect mutuels", a-t-il estimé.

ATS