Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'entrée de la mosquée, à Bienne, où le prédicateur aurait tenu des propos haineux (archives).

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

La justice bernoise a ouvert une enquête pénale contre le prédicateur de la mosquée Ar'Rahman à Bienne qui aurait tenu des propos haineux lors d'un prêche. Abu Ramadan, qui conteste les accusations, faisait déjà l'objet d'une enquête préliminaire.

L'enquête a été ouverte le 20 mars dernier par le Ministère public du Jura bernois-Seeland contre l'imam biennois Abu Ramadan pour discrimination raciale. Le porte-parole Christof Scheurer a confirmé dimanche à l'ats des informations en ce sens de la NZZ am Sonntag.

Les propos incriminés ont été traduits dans le cadre de l'enquête préliminaire, explique M. Scheurer dans le dominical. L'enquête pénale doit désormais déterminer comment il faut, dans le contexte de l'islam, interpréter et comprendre les déclarations incriminées, poursuit-il.

Abu Ramadan a défrayé la chronique l'an dernier après la parution d'articles dans les quotidiens Bund et Tages-Anzeiger, affirmant qu'il avait tenu des propos haineux.

Ce prédicateur libyen, qui a bénéficié durant des années de l'aide sociale, a perdu sa qualité de réfugié et son droit d'asile. Il détient un permis d'établissement C.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS