Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le cessez-le-feu proposé par le président afghan ne concerne que les talibans, pas les autres groupes armés dont l'émanation afghane du groupe Etat islamique.

KEYSTONE/EPA/WATAN YAR

(sda-ats)

Le président afghan Ashraf Ghani a décrété dimanche un cessez-le-feu pour l'aïd el Kébir, la fête musulmane du sacrifice, après une récente poussée de violence. Des combats ont eu lieu à Ghazni, dans le centre du pays, et dans la province de Faryab, dans le Nord.

"Le cessez-le-feu conditionnel débutera demain (lundi) et se poursuivra aussi longtemps que les talibans le respecteront", a annoncé le président lors d'une cérémonie de commémoration de l'indépendance. "Nous invitons la direction des talibans à se conformer aux souhaits des Afghans, qui veulent une paix réelle et durable", a-t-il ajouté.

Selon des sources proches des talibans, les dirigeants de la milice islamiste se sont également prononcés pour une trêve de quatre jours à l'occasion de l'Aïd, mais la décision n'a pas encore été approuvée par leur chef suprême, le cheikh Haibatullah Akhunzada. Dans un communiqué, le mouvement annonce en outre la libération prochaine de "centaines de prisonniers", sans plus de précisions.

Un membre du cabinet de la présidence afghane a précisé que le cessez-le-feu serait observé jusqu'à l'anniversaire de Mahomet, célébré le 21 novembre en Afghanistan. Il ne concerne que les talibans, pas les autres groupes armés dont l'émanation afghane du groupe Etat islamique.

Washington salue

A Washington, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a salué cette initiative, ajoutant que les Etats-Unis étaient prêts à soutenir et à faciliter des pourparlers de paix directs entre le gouvernement afghan et les insurgés taliban.

"Ce plan, ajoute-t-il dans un communiqué, répond à l'appel clair et constant du peuple afghan en faveur de la paix (...) Il n'existe pas d'obstacles à des discussions. L'heure est à la paix."

Ashraf Ghani avait déjà proclamé une trêve unilatérale de deux semaines en juin. Les talibans ont quant à eux cessé le combat pendant trois jours pour l'Aïd el Fitr, à la fin du ramadan. Cette nouvelle trêve intervient après dix derniers jours extrêmement violents.

Intenses combats

Selon un représentant du ministère de l'Intérieur, des combats ont éclaté samedi dans la province de Faryab, où les talibans se sont emparés d'une partie du district de Bulcheragh. Une cinquantaine de membres des forces gouvernementales y ont été portés disparus, a-t-il précisé.

L'armée afghane appuyée par les forces spéciales et l'aviation américaines a par ailleurs repoussé la semaine dernière l'assaut des talibans à Ghazni, après cinq jours de combats. Le ministre de la Défense afghan Tariq Shah Bahrami a communiqué un bilan d'au moins cent membres des forces de sécurité tués dans la bataille, ainsi que 20 à 30 civils. Le représentant spécial de l'ONU en Afghanistan Tadamichi Yamamoto a de son côté parlé "110 à 150 victimes" civiles.

Les talibans ont également conquis une base de l'armée afghane dans le Nord-Ouest tandis qu'un attentat du groupe Etat islamique (EI) dans une école de Kaboul a coûté la vie à au moins 37 personnes, pour la plupart des adolescents.

Plus de 1600 morts

Depuis le retrait de la plupart des forces étrangères de combat, en 2014, les taliban ont repris du terrain aux forces de sécurité afghanes et contrôlent ou contestent désormais plus de 40% du pays.

D'après les Nations unies, plus de 1600 civils ont péri au cours de six premiers de l'année dans des explosions, des attentats-suicides ou des combats, soit le chiffre le plus élevé de ces dix dernières années.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS