Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au pouvoir depiu 1999, Abdelaziz Bouteflika a été victime en 2013 d'un AVC qui a affecté sa mobilité et son élocution (archives).

KEYSTONE/AP/ANIS BELGHOUL

(sda-ats)

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a quitté Alger lundi pour des "contrôles médicaux périodiques" à Genève, a annoncé la présidence citée par l'agence d'Etat APS. Le chef de l'Etat, 81 ans, affaibli par les séquelles d'un accident vasculaire cérébral en 2013.

Aucun détail n'a été communiqué, notamment sur la durée du séjour présidentiel en Suisse ou sur l'hôpital où auront lieu les contrôles médicaux.

M. Bouteflika avait été hospitalisé 80 jours à Paris en 2013 après son AVC. Depuis, il s'est rendu plusieurs fois à l'étranger pour des "contrôles médicaux périodiques", à Paris, Grenoble ou Genève.

En prévision de l'élection présidentielle d'avril 2019, son camp multiplie les appels à un cinquième mandat de M. Bouteflika qui dirige l'Algérie depuis 1999. Si le chef de l'Etat n'a pas fait part de ses intentions, de nombreux observateurs estiment sa candidature hautement probable.

La santé du président algérien fait l'objet de multiples spéculations dans son pays. L'AVC dont il a été victime a affecté sa mobilité et son élocution. Ses apparitions - en fauteuil roulant - sont rares et il ne s'exprime plus en public.

M. Bouteflika a participé à deux événements publics, en avril et en mai. Il est aussi apparu à la télévision nationale le 5 juillet, jour de la fête nationale algérienne, à l'occasion d'un dépôt de gerbe à la mémoire des "martyrs" de la guerre d'indépendance.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS