Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Maison Blanche sera orpheline de son président pendant douze jours, Trump étant en tournée en Asie jusqu'au 14 novembre.

Keystone/EPA/MICHAEL REYNOLDS

(sda-ats)

Le président américain Donald Trump a quitté vendredi Washington pour entamer la plus longue visite officielle d'un président américain en Asie depuis plus de 25 ans. Il ira à la recherche de soutien pour mettre fin à la crise nucléaire avec la Corée du Nord.

Jusqu'au 15 novembre, le président va se rendre au Japon, en Corée du Sud, en Chine, au Vietnam et aux Philippines. L'occasion pour lui de quitter la capitale américaine où il est sous pression entre l'avancée de l'enquête sur l'ingérence russe, l'attentat de New York qui a fait huit morts et le débat au Congrès sur son projet de réforme des impôts.

M. Trump a annoncé qu'il resterait finalement un jour de plus qu'initialement prévu aux Philippines. Cela devrait lui permettre de participer au sommet de l'Asie orientale, prévu le 14 novembre, qui inclut les grandes puissances régionales (Etats-Unis, Chine, Japon, Corée du Sud, Australie, Russie). Son départ annoncé avant cette rencontre avait suscité de vives critiques et interrogations.

Après le revers de l'abrogation de l'Obamacare, certains de ses alliés s'inquiètent que cette longue absence cause du tort à l'examen de la réforme fiscale, qui doit lui offrir sa première grande réalisation législative de son mandat, plus de neuf mois après son investiture.

"Trop long et nuisible"

"Ce voyage est trop long et il ne fera que nuire à sa priorité du moment, celle de son agenda législatif au Congrès", estime un conseiller de l'ombre, sous couvert d'anonymat. "Partir en Asie n'aidera en rien à faire passer sa réforme des impôts ou à sa réélection". Des responsables à la Maison Blanche tentent de calmer le jeu, insistant sur le fait que Donald Trump est tout à fait capable de se concentrer sur plusieurs sujets à la fois.

La dernière tournée aussi longue d'un président américain en Asie remonte à George H.W. Bush fin 1991, début 1992. Le président républicain était tombé malade lors d'un dîner officiel au Japon.

M. Trump entame sa visite par une escale à Hawaï, le temps d'une réunion avec les forces de l'armée américaine dans le Pacifique et d'une visite de la base navale de Pearl Harbor.

"Plutôt formidable"

Il se rendra ensuite au Japon (5 au 7 novembre) et en Corée du Sud (7 novembre), dans le but de créer un front commun et uni contre Pyongyang, avant de poursuivre sa visite en Chine (8 au 10 novembre), où il va tenter de convaincre le président chinois Xi Jinping d'avoir une ligne plus dure envers son allié nord-coréen.

Il a déjà averti Pékin que le Japon, "nation guerrière", pourrait prendre les choses en main si la menace que pose la Corée du Nord n'était pas traitée. Il a néanmoins ajouté, lors d'une interview accordée à Fox News, que le président chinois Xi Jinping avait été "plutôt formidable" sur la Corée du Nord et que "la Chine nous aide".

Donald Trump est aussi attendu le 10 novembre au sommet de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (Apec) à Danang, au Vietnam, où il est possible qu'il rencontre son homologue russe Vladimir Poutine, a fait savoir vendredi le Kremlin. Il bouclera sa tournée aux Philippines les 13 et 14 novembre.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS