Toute l'actu en bref

Pour Herbert Scheidt, il est capital que les données récoltées servent au seul but visé, à savoir le contrôle des impôts (archives).

KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT

(sda-ats)

Selon le président de l'Association suisse des banquiers (ASB) Herbert Scheidt, il existe un risque que des données de clients étrangers avec un compte en Suisse atteignent les services secrets américains. La confidentialité de ces informations n'est pas réglée.

Or l'échange automatique d'informations doit entrer en vigueur l'année prochaine. L'ASB a formulé plusieurs demandes de clarification à ce sujet à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), a expliqué dimanche Herbert Scheidt dans une interview accordée au journal alémanique NZZ am Sonntag. Le président de l'ASB fait référence aux données de clients étrangers au bénéfice d'un compte bancaire en Suisse.

Pour le binational suisse et allemand, il est capital que les données récoltées servent au seul but visé, à savoir le contrôle des impôts. Il a ajouté qu'il n'était pas impossible que les données des Suisses parviennent aux Etats-Unis, car la société Unisys chargée de les récolter est basée sur sol américain.

Il n'y a actuellement aucune garantie de l'OCDE à ce propos. Mais l'ASB a des attentes claires sur cette question sensible, selon Herbert Scheidt. Et si une faille au niveau de la sécurité des données est constatée, la Suisse pourra alors bloquer la fourniture d'informations supplémentaires.

Nommé à la tête de l'ASB en septembre, Herbert Scheidt n'est pas rémunéré pour son activité mais défrayé. Il est également président de la banque privée zurichoise Vontobel.

ATS

 Toute l'actu en bref