Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les universités de Genève et Lausanne sont les bienvenues si elles souhaitent se joindre au projet de l'EPFZ de créer une nouvelle filière d'études en médecine. Le président de la haute école zurichoise l'affirme samedi dans une interview.

L'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) a entamé un partenariat avec des établissements géographiquement proches, à savoir les universités de Bâle, de la Suisse italienne et de Zurich. "Mais nous sommes très ouverts", dit le président de l'EPFZ Lino Guzzella dans une interview aux quotidiens 24 Heures et La Tribune de Genève.

"Si les universités de Lausanne et de Genève trouvent un intérêt à notre démarche, nous nous réjouirons qu'elles se joignent à nous", précise-t-il. Contacté vendredi par l'ats, l'EPFL n'excluait rien.

"Nous sommes en discussion avec nos partenaires habituels à propos du futur de l'éducation en médecine", a indiqué sa porte-parole Madeleine von Holzen. Elle précise qu'il existe déjà un système de passerelles pour les détenteurs d'un bachelor en sciences de la vie souhaitant poursuivre en faculté de médecine.

Vendredi, le Conseil fédéral a mis en consultation un projet de loi sur les Ecoles polytechniques fédérales. Ce texte prévoit notamment un nouveau cursus de bachelor à l'EPFZ, puis de master dans les universités partenaires, dès l'automne 2017. Il s'agira d'une phase-pilote de six ans pour une centaine d'étudiants.

Depuis des années, les hôpitaux suisses font face à une pénurie de médecins. Dans le même temps, plusieurs universités sont contraintes d'introduire un numerus clausus dans leurs facultés de médecine.

ATS