Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Si Paul Ryan refuse de soutenir Donald Trump, il ne veut pas être candidat à la présidentielle (archives).

KEYSTONE/AP/ANDREW HARNIK

(sda-ats)

Si Donald Trump est désormais seul en course pour le ticket républicain à la Maison-Blanche, le milliardaire peine à faire l'unité autour de sa candidature à la présidentielle des Etats-Unis. De nombreux conservateurs refusent de le soutenir, à l'instar du clan Bush.

Dernier en date, le président de la chambre américaine des représentants, le républicain Paul Ryan, a opposé une fin de non-recevoir pour Donald Trump comme candidat du Grand Old Party à la présidentielle.

"Pour être tout à fait franc avec vous, je ne suis pas encore prêt à le faire", a déclaré M. Ryan sur CNN, dans une déclaration fracassante pour un responsable de ce rang au sein du parti républicain.

Il a toutefois exclu d'accepter de devenir le candidat du parti républicain à la présidentielle du 8 novembre, en cas de négociations à la convention républicaine de Cleveland en juillet.

M. Trump a répliqué en affirmant que lui non plus n'était pas prêt à soutenir le programme de M. Ryan. "Peut-être pourrons-nous travailler ensemble à l'avenir et parvenir à un accord sur ce qui est le mieux pour le peuple américain", a ajouté le magnat de l'immobilier.

Attaques contre Jeb Bush

Quant aux anciens présidents américains George W. Bush (2001-2009) et George H.W. Bush (1989-1993), échaudés par les attaques ad hominem lancées par le milliardaire contre leur frère et fils Jeb Bush, ils ont également refusé de se rallier derrière Donald Trump.

Jeb Bush, ancien gouverneur de Floride, s'était lancé dans la course à la Maison-Blanche avec le costume de favori dans son camp. Il a dû jeter l'éponge en février, après une succession de débâcle à la fois dans les urnes et lors des débats.

Promettant que Donald Trump serait battu à plate couture par la démocrate Hillary Clinton s'il était nommé, Jeb Bush s'était ensuite rallié en mars derrière la candidature de Ted Cruz, qui a à son tour abandonné mardi après une énième et cuisante défaite face à l'homme d'affaires new-yorkais dans l'Indiana.

ATS