Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une commission parlementaire au Guatemala a recommandé vendredi la levée de l'immunité du président Otto Perez. Ce dernier est soupçonné d'être impliqué dans un vaste scandale de fraude et de corruption.

Le député Fernando Garcia, du parti d'opposition Liberté Démocratique Rénovée (Lider), qui préside la commission, a déclaré à la presse qu'après pratiquement deux semaines de travail, les membres de son instance allaient présenter au parlement un rapport recommandant la levée de l'immunité du président Perez.

"Nous considérons opportun de lever l'immunité du président afin que les organes légaux, à savoir le ministère public et la Cour suprême de justice déterminent si le président est coupable ou non", a déclaré M. Garcia, sans préciser la date à laquelle le rapport serait présenté.

La commission, formée de cinq députés, a été créée le 12 juin dernier lors d'une session extraordinaire du parlement.

Fraudes constatées

La justice guatémaltèque avait lancé une procédure de levée de l'immunité du président Perez à la suite d'une requête en ce sens du député de l'opposition Amilcar Pop du parti Winaq, fondé par la militante indigène et prix Nobel de la paix Rigoberta Menchu.

Ce dernier affirmait que le président était au courant des activités illicites de hauts fonctionnaires ayant commis des fraudes au détriment du service des douanes et de la sécurité sociale.

Une crise gouvernementale avait éclaté en avril dernier au Guatemala lors de la mise au jour d'un réseau de fraude et de corruption aux taxes douanières qui avait entraîné la démission de la vice-présidente Roxana Baldetti le 8 mai.

ATS