Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président du parlement libyen, Mohamed Magarief, a prévenu dimanche que l'attaque du consulat américain de Benghazi aurait "de graves conséquences" sur la stabilité du pays et sa transition vers la démocratie. Mais il a assuré que la Libye ne deviendrait pas "un autre Irak ou une autre Somalie".

Cette attaque "odieuse", qui a coûté la vie à l'ambassadeur américain en Libye, "est la conséquence du chaos et d'un manque de vision. Cela tire des signaux d'alarme très puissants", a déclaré à Reuters Mohamed Magarief, de facto chef d'Etat par intérim, en attendant la rédaction d'une constitution prévue en 2013.

"Il y a eu d'autres incidents par le passé au cours desquels des diplomates ont été visés, mais ils étaient limités et ont presque été oubliés, car il n'y a pas eu de victime", a-t-il ajouté. "Mais le simple fait qu'ils aient eu lieu auraient dû pousser les forces de sécurité à être plus vigilantes."

M. Magarief a annoncé dimanche à CBS News qu'une cinquantaine de suspects avaient été arrêtés pour leur implication présumée dans l'attaque du consulat. Mais le ministre de l'Intérieur Faouzi Abdel A'al, interrogé par Reuters à Tripoli, a dit n'avoir connaissance que de quatre arrestations. Il a ajouté qu'une cinquantaine de personnes étaient recherchées pour les besoins de l'enquête.

Optimisme malgré les difficultés

M. Magarief a admis que la sécurité en Libye était affaiblie par les difficultés à constituer une véritable armée, plusieurs milices, en pointe lors de la révolution contre Mouammar Kadhafi, tué en octobre 2011, n'ayant pas rendu les armes.

"Si cette situation devait perdurer, dans l'ambiguïté et l'incertitude, ce serait très dangereux", a-t-il dit, tout en affirmant que la Libye ne deviendrait pas "un autre Irak ou une autre Somalie".

"Les extrémistes sont une exception en Libye et ne représentent rien de significatif", a-t-il expliqué. Selon lui, "les Libyens sont enclins à la modération et prêts à coexister les uns avec les autres."

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS