Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Glaronais Martin Landolt veut quitter la présidence du PBD en 2020 (archives).

KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER

(sda-ats)

Le conseiller national glaronais Martin Landolt entend remettre la présidence du PBD au début 2020. Il motive son départ par le changement de générations que nécessite le parti.

Le PBD a besoin de nouvelles têtes, déclare Martin Landolt dans une interview accordée au SonntagsBlick. Le président du parti veut mettre sur les rails un changement et souhaite privilégier les femmes et les jeunes.

La présidence du PBD sera vacante début 2020, mais Martin Landolt entend rester sous la Coupole fédérale au-delà des élections fédérales de l'automne 2019, "pour autant que je sois réélu à Glaris", dit-il.

Agé de 50 ans, Martin Landolt siège au Conseil national depuis 2009 et préside le PBD depuis mai 2012. Lors de son élection, il avait ambitionné de faire franchir à son parti la barre des 10% d'électeurs en 2019. Cet objectif reste actuel, déclare-t-il dans l'interview, en concédant que le PBD doit tout d'abord réussir à redevenir un parti pertinent.

Aux élections fédérales de 2015, les bourgeois-démocrates avaient obtenu 4,1% des suffrages. L'avenir du parti créé il y a dix ans ne s'annonce pas vraiment rose: selon les chiffres du baromètre SSR de la moitié de législature en octobre 2017, le PBD a chuté à 3,4% des intentions de vote. Un récent sondage Tamedia lui accordait 4,7%.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS