Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président du PS Suisse Christian Levrat a tenu un discours de combat samedi devant l'assemblée des délégués à La Chaux-de-Fonds. Dressant un bilan six mois après les élections fédérales, le socialiste a appelé les militants à la résistance.

"Six mois ont suffi pour dresser les grandes lignes des affrontements des années à venir", a déclaré le président du PS. "Nous allons tenir notre rôle et faire front. Pas pour le parti, mais pour les centaines de milliers de Suissesses et de Suisses qui nous ont fait confiance", a souligné Christian Levrat.

"En six mois, l'UDC et radicaux sont parvenus à augmenter les crédits de l'armée, de l'agriculture et des routes. Et à baisser en parallèle ceux de la formation, de l'aide au développement et celui dévolu aux subventions des primes d'assurance-maladie", a dénoncé Christian Levrat. "Nous devons prendre acte et résister".

Le président du PS s'est notamment élevé contre le projet d'augmentation de l'âge de la retraite et la 3e réforme de l'imposition des entreprises. A propos de la RIE III, la direction du PS proposera aux délégués lors de l'assemblée en juin de lancer un référendum. "La droite veut l'affrontement, elle le trouvera".

Appel à la résistance

"Résistons donc contre l'injustice fiscale et les tricheurs, contre l'augmentation de l'âge de la retraite, contre l'extension des heures d'ouverture des commerces, contre les dépenses inconsidérées, contre les coupes dans la formation et l'aide au développement", a déclaré Christian Levrat. "La législature est lancée".

Le parlementaire fédéral a également rappelé la position du PS sur le dossier européen et a défendu l'idée d'un "EEE 2.0" au centre de la "feuille de route" qui doit être débattue. Il s'agit d'un accord multilatéral qui règle les relations de la Suisse avec l'Union européenne (UE).

Christian Levrat a expliqué qu'un "EEE 2.0" constituerait une étape entre un accord institutionnel et une adhésion qui est aujourd'hui irréaliste. Pour le président du PS, il s'agit d'une alternative crédible et réaliste.

ATS