Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Le PLR a un problème avec l'égalité entre femmes et hommes": le président du Parti socialiste Christian Levrat ne mâche pas ses mots (archives).

Keystone/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

Le président du PS Christian Levrat ne mâche pas ses mots pour la succession de Didier Burkhalter au Conseil fédéral: il suggère au PLR de proposer un ticket de deux femmes. Les libéraux-radicaux n'ont plus eu de femme au gouvernement depuis 1989, critique M. Levrat.

"Le PLR a un problème d'égalité de premier ordre", a dit Christian Levrat dans un entretien avec la NZZ am Sonntag. Jusqu'ici, il y a eu 116 conseillers fédéraux, dont sept ont été des femmes, et parmi elles trois étaient socialistes. Le Parti socialiste (PS) n'a pu les porter au Conseil fédéral que parce qu'il avait placé deux femmes sur son ticket, souligne M. Levrat.

Le conseiller aux Etats ne comprend pas la démarche du PLR. "S'il veut vraiment quelqu'un du Tessin, il doit présenter deux Tessinois. Et s'il veut une femme au Conseil fédéral, il doit proposer deux femmes sur son ticket", a dit le Fribourgeois. L'Assemblée fédérale veut un véritable choix et ne pas être mise devant le fait accompli.

Aux yeux de Christian Levrat, le PLR a procédé jusqu'ici en amateur dans la question de la succession de Didier Burkhalter. D'abord, les libéraux-radicaux ont été pris au dépourvu par la démission de leur conseiller fédéral, puis ils ont déclaré hâtivement que le siège revenait à la Suisse latine, avant que les Femmes PLR ne renoncent à la légère à leurs prétentions, a dit le président du PS.

A la question de savoir si le PS préfère un ticket tessinois ou un ticket avec deux femmes, M. Levrat répond: "C'est au PLR de décider". Ce qui est important, c'est la capacité de compromis des candidats au Conseil fédéral.

Ticket à une ou deux personnes

Les sections cantonales du PLR ont jusqu'au 11 août pour présenter leurs propositions pour la succession de Didier Burkhalter. La direction de la section tessinoise examinera les candidatures possibles jusqu'à lundi.

Dans le canton méridional, trois personnes entrent pour l'instant en ligne de compte. Le favori cité est le chef du groupe aux Chambres fédérales Ignazio Cassis. L'ancienne conseillère nationale et ex-conseillère d'Etat Laura Sadis a aussi fait part de son intérêt. Mais selon elle, il serait peut-être bon d'avoir deux candidats, un homme et une femme.

Le troisième intéressé est le conseiller d'Etat Christian Vitta, en charge du Département de l'économie et des finances.

ATS